20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 07:12
IRLANDE FRANCE 77 : LA BALLADE IRLANDAISE

Diffusion : samedi 19 mars 1977 à 15h50, simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et Ken KENNEDY et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et Pierre ALBALADEJO

Commentaires : pour cette dernière levée du grand chelem, les Français qui s'attendaient à un match difficile, vont être pris à la gorge par une équipe irlandaise déchaînée, désireuse de sauver un tournoi jusqu'alors assez moyen. La 1ère mi-temps est tout à l'avantage du 15 irlandais, qui mène à la pause 6-3. Mais plus que le score finalement assez étriqué, c'est la manière qui frappe les esprits. Les Irlandais dominent dans presque toutes les phases de jeu et notamment les phases de conquête. Leur engagement est tel que les blessures françaises se succèdent : SANGALLI a la tête ouverte et PAPAREMBORDE une arcade éclatée. Mais, comme FOUROUX contre l'Ecosse ils refusent de quitter le terrain. On rappellera que PACO avait refusé quant à lui de se faire opérer de l'appendicte pour ne pas louper ce dernier match du tournoi. 

Le réveil français survient en 2ème mi-temps. Et il commence par un loupé. A la 49ème minute, ROMEU manque un coup de pied à suivre. Il est tellement raté qu'il est repris non par les Irlandais mais par AVEROUS. Celui-ci résiste à un placage pour servir SANGALLI qui prend tout le rideau défensif irlandais à contrepied AGUIRRE reprend le cuir, oblique vers le centre, passe à PACO qui, après un relais rageur, sert BASTIAT qui, au terme de que ce que la légende appellera une "longue course de girafe", marque l'essai. Le ressort irlandais est brisé. Les placages se font moins virulents, il y a moins de coups de poings dans les recoupements et, pour ainsi dire, plus aucun joueur français n'est frappé à terre. C'est dire que les Irlandais n'ont plus le moral...

Après qu'une dernière pénalité d'AGUIRRE ait porté le score à 15-6, le Quinze de France remporte ainsi le 2ème grand chelem de son histoire. Peut-être un des plus extraordinaires. D'abord parce que les Français n'ont encaissé aucun essai pendant tout le tournoi. Ensuite et surtout parce que sont les 15 mêmes joueurs qui ont joué tous les matchs. Un exploit unique dans l'histoire du rugby et qui ne se renouvellera jamais. Ces quinze joueurs ne joueront plus jamais ensemble pour la France pour le Tournoi, mais ils se retrouveront régulièrement dans le cadre des Barbarians français pour perpétuer la légende. 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 06:45
FRANCE ECOSSE 77 : LES MARAUDEURS ATTAQUENT

Diffusion : samedi 5 mars 1977 à 14h55 simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et Kerr PANDORAH et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et Pierre ALBALADEJO

Réalisation d'HEnri CARRIER et Gérard VAN DER GUCHT

Commentaires : après leur match un peu timide contre les Anglais, les arrières français avaient promis de prendre leur revanche contre les Ecossais. Mais, avant de lancer la cavalerie, le match de l'année précédente en Ecosse avait laissé des traces et il y avait quelques comptes à régler. C'est ainsi que dès la 1ère minute, se souvenant de son passé de boxeur, CHOLLEY décochait un direct du droit contre le numéro 8 écossais MAC DONALD, il est vrai hors jeu. A la 15éme minute, il envoyait au tapis le trois quart RENWICK qui avait le malheur de passer par là et à la 39ème minute, d"une manchette terrible, il assommait littéralement l'ouvreur WILSON. L'arbitre, jusqu'alors impassible, cette fois, l'avertissait. De leur côté, les Ecossais n'était pas en reste et FOUROUX était victime dune véritable agression. Alors que Richard ASTRE, son rival de toujours, s'apprêtait à le remplacer, FOUROUX décidait de rester sur le terrain, se contentant de bourrer son nez de coton. Ce n'état pas une fracture ouverte du nez qu'il allait empêcher le petit Caporal de mener ses troupes à l'assaut!

Ces quelques chamailleries réglées, les Français se décidaient donc à attaquer. Il y avait eu certes cet essai de PACO dès la 17ème minute répondant à une pénalité de l'arrière IRVINE (12ème minute) sur mêlée enfoncée, une spécialité française), mais c'est en seconde mi-temps que la cavalerie allait donner toute sa mesure. A la 45ème minute, BASTIAT et ROMEU volleyaient deux passes pour démarquer BERTRANNE et HARIZE qui marquait un bel essai. A la 71ème minute, ROMEU perçait à l'intérieur et servait AGUIRRE qui fixait pour envoyer BERTRANNE à l'essai. Enfin, à la 78ème minute, BASTIAT étouffait l'ouvreur écossais WILSON et le poussait vers son en but. PAPAREMBORDE, PALMIE et RIVES venaient en soutien. Les Français récupéraient le ballon et, à la sortie du regroupement, PAPAREMBORDE était projeté dans l'en but écossais. 

Au final, la France l'emporte sur l'Ecosse 23 à 3, et déjà les regards se tournent vers l'Irlande pour la dernière levée du Grand match, le 2ème de l'histoire du rugby français après celui de 1968. Les Français s'attendent à un match très difficile en Irlande, mais ils sont loin d'imaginer le sort qui va leur être réservé par ces diables d'Irlandais transcendés par le fighting spirit...

Repost 0
Published by - dans SPORT
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 15:00
ANGLETERRE FRANCE 77 : LOIN DE LA FOULE DECHAINEE

Diffusion : samedi 19 février 1977 à 15h50 simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et David FROST et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et Pierre ALBALADEJO

Commentaires : la victoire de la France contre le Pays de Galles a déclenché outre-manche une véritable campagne de presse. Les Français sont présentés comme des brutes épaisses et comme des tricheurs. On parle de la horde sauvage. Tout Twickenham attend de pied ferme cette équipe de France d'autant que les Anglais ont gagné leurs deux premiers matchs (26-6 face à l'Ecosse et 4 à 0 face aux Irlandais à Dublin) et semblent avoir une équipe capable de jouer les premiers rôles après des années de disette.

Aussi quand les Français pénètrent dans le temple du rugby, c'est une véritable bronca qui s'élève des tribunes. Ils sont accueillis par des insultes, des menaces et des crachats. Pas une mêlée ne va ensuite se dérouler sans que la foule ne hurle. Sur chaque action, les Français vont être hués et sifflés. Quant à l'arbitre, dûment chapitré, il ne sanctionne que les fautes françaises. Sur le plan sportif, les deux équipes se quittent à la mi-temps sur un score nul de 0-0 malgré un engagement féroce de part et d'autre. Tout se débloque en 2ème mi-temps. Les Français marquent un essai à la 48ème par SANGALLI, essai peut-être attaché d'un en avant, que ROMEU ne transforme pas. Les Anglais répliquent par une pénalité de l'arrière HIGNELL à la 58éme. Commence alors pour l'arrière anglais un véritable calvaire : il rate toutes ses pénalités, bien placées, mal placées, à droite, à gauche, de loin, face au poteau. Rien ne passe comme si une malédiction s'acharnait sur lui. Au total il va manquer au moins 6 pénalités très faciles.

A la 80ème minute, le score est toujours de 4-3 pour la France. M; KELLEHER,l'arbitre gallois, prend une décision étrange. Il décide de ne plus regarder sa montre. Et il accorde pénalité sur pénalité aux Anglais. Ceux-ci, ayant compris que leur buteur ne passerait rien, tentent de passer en force. Emmenés par le légendaire Bill BEAUMONT, les UTLLEY, HORTON, BURTON s'en donnent à coeur joie et pilonnent la ligne française. Mais les Français défendent avec un acharnement inouï. Les minutes s'égrènent. Les Anglais ne cessent d'attaquer, mais leurs vagues se brisent sur la ligne française. L'arbitre ne veut toujours pas regarder sa montre. Comme des taureaux furieux, les Anglais se ruent à l'assaut. Les Français, dos à la ligne, résistent. 5 minutes d'arrêt de jeu. La foule anglaise de déchaîne. England! England! Les joueurs anglais continuent leurs attaques. En face, c'est Verdun. La défense française atteint le tragique, touche au sublime. Tout le monde s'y met : PACO étouffe SMITH, AVEROUS reprend HIGNELL qui filait à l'essai. BASTIAT sauve les meubles en bottant en touche. AGUIRRE s'offre en sacrifice sur une chandelle à un mètre de la ligne. 7 minutes d'arrêt de jeu. Après une dernière récupération de RIVES, l'arbitre regarde sa montre. Enfin. Il a compris que les Anglais ne passeront jamais. La rage au coeur, il siffle la fin du match. La France l'emporte 4-3. Sous les huées, les insultes et les crachats de Twickenham, les Français lèvent les bras au ciel.

Cette victoire, obtenue dans des conditions dantesques, va recevoir un pâle écho dans la presse sportive française. On fait la fine bouche devant cette magnifique victoire. Un journaliste se hasarde même à ce jeu de mots approximatif : " 4-3, mais pas de 3/4". On reproche aux Français de ne pas avoir d'attaque, oubliant que le seul essai marqué l'a été par les lignes arrières. Alors, contre l'Ecosse qui s'annonce à Paris comme prochain adversaire des Bleus, les arrières sont bien décidés à prendre leur revanche...

 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 07:51
FRANCE GALLES 77 : LA HORDE SAUVAGE

Diffusion : samedi 5 février 1977 à 14h50, simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et Roy BISH et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et PIerre ALBALADEJO

Réalisation d'Henri CARRIER et Gérard VAN DER GUCHT

Commentaires : tout part de la 1ère minute du match. Les huits joueurs du pack français, PACO, PAPARAMBORDE, CHOLLEY, PALMIE, IMBERNON, RIVES, BASTIAT et SKRELA se ruent sur les Gallois comme des affamés. PACO avouera plus tard : " Je suis entré sur le terrain avec l'envie de tuer quelqu'un". Sur le formidable impact, les huit avants gallois reculent de dix mètres. Un mythe vient de naître : celui de la horde sauvage.  Quelques minutes plus tard, la 1ère mélée confirme l'impression. Les Gallois sont emportés, broyés, concassés. Eux qui dominent le Tournoi depuis 5 ans ont compris : en force brute, ils ne peuvent rien faire contre les Français. Alors ils vont tout tenter pour contourner cette puissance. Grâce à la magie de leurs lignes arrières emmenées par des joueurs au talent immense comme les DAVIES, FENWICK, cette charnière de rêve P. BENNETT et Gareth EDWARDS ou encore les frères WILLIAMS, JJ et JPR, respectivement arrière et ailier, ils vont attaquer de toute part, relancer tous les maigres ballons qui leur restent et ils vont faire passer des frissons aux spectateurs français. Certains journalistes sportifs vont comparer les Français à des camions et les Gallois à des Formule 1. Pendant une mi-temps les forces en présence s'équilibrent. Le score à la mi-temps est de 3-3 : une pénalité de ROMEU (39ème minute) ayant répondu à une pénalité de FENWICK (33ème). 

Tout bascule en 2ème mi-temps. A la 51ème minute, alors que les Gallois mènent au score grâce à une nouvelle pénalité de FENWICK, une première fois, les Français bousculent les Gallois en mêlée. La mêlée est à refaire et la 2ème fois est la bonne, le pack gallois est enfoncé et SKRELA est propulsé dans l'en-but par ses 7 camarades. Quatre minutes plus tard, ce sont cette fois les trois quarts français qui se mettent en exergue. Bien lancés par AGUIRRE, puis FOUROUX, ils se déploient jusqu'à HARIZE qui marque l'essai en coin. Après une nouvelle pénalité de FENWICK, une pénalité de ROMEU vient sceller défintivement le score en faveur des Français à la 80ème minute. 

La France l'emporte donc 16-9. C'est une victoire immense sur les Gallois, grands favoris du tournoi et auteurs d'un grand chelem en 1976. Pourtant, dès ce 1er match, les critiques ne manquent pas. Beaucoup déplorent la pauvreté du jeu d'attaque français. Les plus virulents sont les médias britanniques, qui se déchainent contre les Français. Ce n'est pas de bon augure, alors que se profile un fameux ANGLETERRE-FRANCE à Twickenham... 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 06:08
LES NOUVEAUX SAMEDIS APRES MIDI D'ANTENNE 2

ANTENNE 2 a bouleversé sa grille du samedi après midi à partir de cette rentrée 1976.

Il y a d'abord LES JEUX DU STADE, à partir de 14h30 et jusqu'aux alentours de 17h, 17h30, qui présente en direct des retransmissions d'évènements sportifs (rugby, cyclisme, basket...) L'émission est présentée par Jean LANZI. Sur le plateau, des sportifs peuvent intervenir et Claude SAVARIT présente le jeu MONSIEUR SPORT, sorte de MONSIEUR CINEMA pour le sport. Le programme commence le 18 septembre avec la retransmission en direct du BOL D'OR et le meeting d'athlétisme du STADE FRANCAIS. Le 25 septembre est retransmis, en direct de Narbonne, le match de championnat de rugby NARBONNE-DAX et le TOUR DE FRANCE AUTOMOBILE.

Mais ce qui va frapper les esprits, c'est bien sûr le match BULGARIE-FRANCE retransmis en direct de Sofia le samedi 9 octobre, premier match des Eliminatoires pour la Coupe du monde 1978 en Argentine. Tout avait bien commencé pour les Français avec deux buts inscrits en 1ère période par PLATINI (37°) et LACOMBE (40°). Mais, à la reprise les Bulgares reviennent au score par BONEV (45°). Puis un but est refusé à PLATINI pour une raison toujours inconnue à ce jour. Sur la contre-attaque, l'attaquant bulgare PANOV, visiblement hors jeu, égalise. Cla fait 2-2 alors que le score aurait dû être de 3-1 ! Enfin, à la 88°, l'arbitre écossais M. FOOTE - cela ne s'invente pas! - accorde aux Bulgares un pénalty imaginaire. Heureusement il y a un Dieu au football et le joueur bulgare rate le cadre. Mais tant d'injustices énervent le commentateur Thierry ROLAND au point qu'il prononce la fameuse phrase : " M. FOOTE, vous êtes un salaud...". Le tollé est tel qu'ANTENNE 2 songe à le licencier. Mais bien qu'accablé par une presse bien-pensante, Thierry ROLAND va être sauvé par le public. Des milliers de lettres de soutiens parviennent au siège d'ANTENNE 2, et la direction renonce finalement à le licencer. Thierry ROLAND pour le football et Roger COUDERC pour le rugby vont donc pouvoir animer de leur passion et disons-le avec un certain chauvinisme,  les samedis après-midis d'ANTENNE 2. Précisons que, bien des années plus tard, M. FOOTE reconnaîtra qu'il a été "impressionné " ce jour-là par la foule...

Vers 17h, après LES JEUX DU STADE, est programmé C'EST POUR RIRE, une émission préparée et présebtée par Michel LANCELOT, sur une réalisation de Guy JOB, qui propose des extraits de films comiques d'hier et d'aujourd'hui, des séquences d'actualité  et des sketchs. La première émission est consacrée à Louis DE FUNES avec la participation de Marcel JULIAN, la seconde émission à Jacques LEGRAS et à la CAMERA INVISIBLE. L'émission du samedi 6 novembre propose, en avant-première, des extraits du nouveau spectacle au Théâtre de la Renaissance de Guy BEDOS. 

Enfin, à 18h00, Jacques ANTOINE et Jacques SOLNESS proposent un nouveau jeu, présenté par Jacques PAUGAM, LA COURSE AUTOUR DU MONDE. Dix candidats de 18 à 30 ans, après une longue sélection, sont envoyés à travers le monde et doivent, chaque semain, ramener un reportage qui sera noté par un jury. Ils ont plusieurs impératifs : franchir tous les parallèles et respecter des escales obligatoires. Le nombre de kilomètres parcourus est également pris en compte pour la victoire finale. 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 06:30
JO DE MONTREAL 1976

Les Jeux olympiques d'été de 1976 ont lieu à Montréal du 17 juillet au 1er août 1976. Ils ont été marqués par le triomphe dans les épreuves de gymnastique de la roumaine Nadia COMANECI, première athlète à obtenir la note de 10 dans sa discipline, qui remporte 5 médailles, dont 3 en or. Au bilan des médailles, l'URSS remporte la compétition devant l'Allemagne de l'Est 2ème et les Etats-Unis 3ème. 

De son côté la France remporte 9 médailles, deux en or avec Guy DRUT au 110m haies, et une médaille en saut d'obstacle par équipe (avec notamment Marcel ROZIER). Le cycliste Daniel MORELON, le fleuret par équipes femme et l'haltérophile Daniel SENET s'octroient une médaille d'argent. Le fleuret par équipes femme, Henri BOERIO à la barre fixe et le judoka Patrick VIAL remportent le bronze. 

A la télévision, sur TF1, la cérémonie d'ouverture est diffusée le samedi 17 juillet à 20h55, en direct de Montréal, sur des commentaires de Georges de CAUNES et Robert SESE. 

Les autres épreuves se partagent entre TF1 et ANTENNE 2 qui ont réussi, autant que possible, à éviter les doublons. Du fait du décalage horaire, les épreuves sont diffusées en différé dans la journée, avec des directs à partir de 22h ou 22h30, parfois jusqu'à 2 heures du matin. 

Sur TF1, les commentaires sont assurés par Christian QUIDET, Pierre FULLA, Pierre CANGIONI, Alain ESCOUBE, Jean RAYNAL, George DOMINIQUE et Léon ZITRONE. 

Sur ANTENNE 2, les commentaires sont assurés par Robert CHAPATTE, Thierry ROLAND, Jean-Michel LEULLIOT, Jean MARQUET, Jacques SEGUI et Gérard MERIGAUD. 

Un résumé des faits du jour est proposé sur ANTENNE 2 de 19h45 à 20H00. 

 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 06:00
Lucien VAN IMPE

Lucien VAN IMPE

Le Tour de France 1976 qui s'est déroulé du 24 juin au 18 juillet, voit la victoire surprise du petit grimpeur belge Lucien VAN IMPE, dirigé il est vrai par le maître tacticien Cyrille GUIMARD, devant le Néerlandais Joop ZOETEMELK qui finit 2ième et Raymond POULIDOR qui est 3ième et meilleur Français pour son dernier Tour de France (il aura participé au total à 14 tours!). En l'absence d'Eddy MERCKX, forfait, la victoire semblait promise au dernier vainqueur, Bernard THEVENET, mais celui-ci, malade, a dû abandonner à quelques jours de l'arrivée. De son côté le belge Freddy MAERTENS gagne 8 étapes et remporte le maillot vert tandis que le meilleur grimpeur est Giancarlo BELLINI.  

A la télévision, TF1 et ANTENNE 2 se partagent les retransmissions des étapes en alternance. La réalisation est assurée pour les 2 chaînes par Gilbert LARRIAGA. Sur TF1, les commentaires sont assurés par Daniel PAUTRAT, Bernard GIROUX et Léon ZITRONE, sur ANTENNE 2 par Robert CHAPATTE et Jean-Michel LEULLIOT. L'étape du jour est suivie de l'émission FACE AU TOUR, avec la participation de Félix LEVITAN, directeur du Tour et des coureurs. L'arrivée sur les Champs-Elysées est diffusée en direct sur TF1 le dimanche 18 juillet à 14h50. 

Outre les retransmissions en direct des étapes, TF1 propose à 19h45 un résumé filmé de l'étape du jour. 

En dehors des journaux télévisés, FR3 fait l'impasse sur le Tour.

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
12 mai 2016 4 12 /05 /mai /2016 20:00
LES POTEAUX CARRES DE GLASGOW

Diffusion : mercredi 12 mai 1976 à 21h sur TF1 en direct de Glasgow et en différé sur ANTENNE 2 à partir de 22h45

Commentaires de Pierre CANGIONI et Jean RAYNAL

Commentaires : aprés avoir éliminés en demi-finale les rudes bataves du PSV ENDHOVEN, emmenés par les redoutables frères Van DER KERKHOF, les Verts de SAINT-ETIENNE retrouvent en finale les Allemands du BAYERN DE MUNICH, qui ont écarté eux, en demi-finales, le REAL MADRID.

TF1 qui retransmet la finale en direct consacre une grande partie de ses flashs télévisés à ce match du siècle. Ainsi Yves MOUROUSI fait à l'évènement une large place dans son journal de 13H.


Hélas, comme on le sait, ce sont les Allemands qui l'emportent grâce à un but de ROTH (57e), tandis que les Stéphanois, par deux fois, tirent sur les poteaux carrés de Glasgow : BATHENAY (34e) et SANTINI (39e). Si les poteaux avaient été ronds, ils auraient eu un effet " rentrant "et SAINT-ETIENNE aurait été champion d'Europe, mais, avec le recul, on se dit que cette équipe du BAYERN, qui était l'ossature de l'équipe championne du monde 1974, avec à sa tête le Kaiser Franz BECKENBAUER lui-même mais aussi le gardien MAIER et les attaquants MULLER et RUMENIGGE, était trop forte pour les Stéphanois. Avec cette finale de Glasgow, elle remportait d'aillers son 3ème titre européen d'affilée.

Les VERTS devant être reçus dès le lendemain à l'Elysée par le Président de la République, Valéry GISCARD D'ESTAING, le coup de génie du président Roger ROCHER, bien aidé par Jacques VENDROUX, est de faire descendre les Champs-Elysées par son équipe et l'entraineur Robert HERBIN de sorte que, devant près de cent mille supporters déchainés (selon la Préfecture de police), l'amère défaite se change en triomphe romain, les VERTS rejoignant ainsi dans la légende des perdants magnifiques le valeureux Raymond POULIDOR, éternel deuxième du Tour de France. Plus tard viendront les rejoindre, dans ce glorieux palmarès des vaincus, les BLEUS de la demi-finale de Séville, toujours contre les Allemands...

Bien des années plus tard, les VERTS, pas rancuniers, rachèteront les fameux poteaux carrés de Glasgow pour les mettre dans leur musée. 
 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 20:30
Dominique ROCHETEAU, l'ange vert

Dominique ROCHETEAU, l'ange vert

Match de football - 1/4 de finale retour de la Coupe des clubs champions

Diffusion : mercredi 17 mars 1976, simultanément sur TF1 sur des commentaires de Jean RAYNAL et Pierre CANGIONI et sur ANTENNE 2 sur des commentaires de Thierry ROLAND et Bernard PERE.

Réalisation de Pierre BADEL

Commentaires : après un match aller catastrophique où l'équipe des verts de Saint-Etienne a perdu sur le score de 2-0, ce match retour s'annonce très difficile pour l'équipe du Forez. Pour se qualifier il faut qu'elle marque 3 buts sans en encaisser un seul. La plupart des commentateurs donnent peu de chance aux Verts. 

Mais c'était sans compter sur la magie du chaudron vert de Geoffroy-Guichard et ses 37 000 spectateurs déchaînés dont certains sont là depuis 4 ou 5 heures. Ils sont venus de toute la région, mais aussi des 4 coins de la France. 

Les Stéphanois, remontés comme jamais, attaquent la rencontre pied au plancher tandis que les joueurs de Kiev jouent manifestement le contre comptant sur leur attaquant, le génial BLOKHINE, le ballon d'Or 1975, pour faire la décision. 

Pourtant à la li-temps le score est toujours de 0-0, les chances stéphanoises semblant de plus en plus minces.

Le tournant du match se situe à la 63iéme minute. C'est peut-être la minute la plus importante de toute l'histoire du football français. BLOKHINE joue parfaitement le contre, effaçant JANVION, puis LOPEZ mais, au moment décisif, il tergiverse au lieu de donner le ballon à un partenaire démarqué sur sa gauche et il se fait prendre le ballon par LOPEZ revenu. Sur la contre-attaque, LOPEZ sert PIAZZA, qui décale Patrick REVELLI qui centre et c'est son frère Hervé REVELLI qui marque. Il aurait du y avoir 1-0 pour Kiev, il y a 1-0 pour Saint-Etienne.

A la 71ème minute, Jean-Michel LARQUE marque un splendide coup-franc. 2-0 pour Saint-Etienne.

Egalité parfaite sur les deux matchs. 

On doit jouer les prolongations.

Les Stéphanois, pourtant au bord de l'épuisement, continuent d'attaquer. ROCHETEAU, l'ange vert, est sur une jambe, mais deux remplacements ayant déjà été effectués, il doit rester sur le terrain. 

A quelques minutes de la fin du match, Patrick REVELLI traverse la surface de réparation côté droit, effaçant toute la défense de Kiev, parvient à centrer in extremis pour ROCHETEAU, démarqué, qui pousse le ballon dans les buts dans une ambiance assourdissante.

3-0 pour Saint-Etienne qui est qualifié pour les demi-finales. 

C'est l'une des plus grandes victoires du football français. Qu'on y songe, l"équipe de France de football n'a pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde 1970 ni pour la Coupe du monde 1974. Elle n'a pas participé aux phases finales du championnat d'Europe 1968 et pas davantage aux phases finales du championnat d'Europe 1972. Cette victoire de Saint-Etienne contre Kiev va redonner confiance à toute la France du football. Dix jours plus tard, dans un parc des Princes aux 3/4 vide, lors du match amical France-Tchécoslovaquie, alors que c'est le 1er match du tout nouveau sélectionneur Michel HIDALGO, Henri MICHEL s'apprête à tirer un coup franc quand un jeune joueur dont c'est la 1ère sélecion s'approche et demande à le tirer à sa place. Henri MICHEL toise l'insolent mais, devant son insistance, il le laisse faire. Le jeune blanc-bec s'élance et marque le but. Il s'appelle Michel PLATINI. La génération PLATINI est en marche; elle va conduire la France par deux fois en 1/2 finale de la Coupe de monde (1982 et 1986) et à un titre de champion d'Europe (1984):. Mais c'est une autre histoire...

Pour l'instant, toute la France des sportifs en pantoufle et des gamins en robe de chambre autorisés ce soir-là par leur papa à veiller tard, fredonne ce refrain qui est en passe de devenir le tube de l'année  : " Qui c'est les plus forts, évidemment c'est les Verts. C'est nous qui avons les meilleurs supporteurs..."

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
1 février 2016 1 01 /02 /février /2016 07:51
JO d'HIVER INNSBRUCK 1976

Après de nombreuses péripéties qui ont fait craindre un moment l'annulation des jeux (la ville américaine de Denver avait été choisie, avant de devoir renoncer), les jeux olympiques d'hiver 1976 se déroulent à Innsbruck en Autriche du 4 au 15 février.

Les épreuves sont largement retransmises par la télévision.

Sur TF1, où la championne Annie FAMOSE est consultante, tout démarre le mercredi 4 février avec la retransmission de la cérémonie d'ouverture à 14h25, interrompant LES VISITEURS DU MERCREDI, sur des commentaires de Georges de CAUNES, Christian QUIDEL, Daniel PAUTRAT, Alain ESCOUBE et Annie FAMOSE. Les autres jours, les épreuves sont retransmises en direct avec des résumés filmés en 2ème partie de soirée aux alentours de 21h30, 22H30. La cérémonie de clôture est diffusée en direct le dimanche 15 février à 20H00, le journal étant avancé à 19h45.

Sur ANTENNE 2, la consultante est Marielle GOITSCHEL. La cérémonie d'ouverture n'est pas retransmise. Mais les épreuves sont également diffusées en direct, sur des commentaires de Bernard CHAPATTE, Jean-Michel LEULLIOT, Thierry ROLAND et Bernard PERE. Un des grands moments des jeux est les épreuves de patinage artistique commentées par Léon ZITRONE qui est un spectacle à lui tout seul. 

Quant à FR3, la chaîne a fait carrément l'impasse sur les JO, à l'exception de brefs échos dans les journaux télévisés. 

Sur le plan sportif, le bilan est maigre pour la France qui n'obtient qu'une seule médaille, la médaille de bronze de Danièle DEBERNARD en Géant. L'autrichien Franz KLAMMER (vainqueur de la descente hommes) et l'ouest allemande Rosi MITTERMAIER (deux médailles d'or et une d'argent) sont les grands triomphateurs des jeux. Mais, au tableau des médailles, la 1ère place est obtenue par l'URSS avec 27 médailles dont 13 en or, devant la RDA (Allemagne de l'Est) et les USA. 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article

VOS MADELEINES DE PROUST

     

TELE 75 – LE LIVRE

Retrouvez les feuilletons et émissions de la télévision française de l’année 1975.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez ou redécouvrez : APOSTROPHES, JO GAILLARD, SAMEDI EST A VOUS, LE PETIT RAPPORTEUR, L'HOMME SANS VISAGE, THALASSA, SALVATOR ET LES MOHICANS DE PARIS, LES COMPAGNONS D'ELEUSIS, SPLENDEURS ET MISERES DES COURTISANES,STADE2, MICHEL STROGOFF, et d'autres émissions et séries.

Les émissions et feuilletons retenus sont classés par mois, de janvier à décembre.

En exclusivité, des BREVES pour chaque mois.

Couverture souple – 192 pages - Prix : 12 euros

Disponible sur LULU.COM. (taper " Ouardes" dans rechercher). Lien https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=tele+75&sorter=relevance-desc

L'ouvrage peut être également commandé sur le site AMAZON.(taper "ouardes" dans recherche). https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=ouardes+tele+75&rh=i%3Aaps%2Ck%3Aouardes+tele+75

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1974.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1973

Celui consacré à l'année 1972 :

Celui consacré à l'année 1971 :

TELE71.jpg

 

et celui consacré à l'année 1970 :

 320

 

 

Rechercher

AVERTISSEMENT

Le blog TELE 70 est consacré à la télévision française des années 70. Il ne propose à la vente aucun DVD de séries ou d'émissions. Il est totalement indépendant et n'est lié à aucun site à caractère commercial.