9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 06:09

bunker.jpgTéléfilm de 90 minutes

Diffusion : samedi 8 avril à 20h30 sur la 1ère chaïne de l'ORTF

Réalisation : Lazare IGLESIS

Distribution:

Jean TOPART (Herman Fegelein)

François CHAUMETTE (Martin Bormann)

Jacques DUBY (Joseph Goebbels)

Claude WINTER (Eva Braun)

Robert PARTY (Hans Krebs)

Alain NOBIS (Berndt) 

Eléonore HIRT (Mme Goebbels)

Sylvia MONFORT (la baronne Von Varo)

François MAISTRE (Walter Wanger)

Henri DEUS (le jeune Hitlérien)

Anne GALLION (Maria)

Jacques BRUNET (Kurt)

Yan BRIAN (Peter)

Pierre LIOTE (Président du tribunal)

Frédéric WITTA (Helmut Goebbels)

Séverine MORISOT (Holde Goebbels) 

Thème : du 27 au 30 avril 1945, à Berlin, les derniers jours d'Hitler et de ses fidèles tandis que les Russes approchent de la ville.

Commentaires : renouant le temps d'une soirée avec la célèbre CAMERA EXPLORE LE TEMPS, Alain DECAUX, admirablement secondé par Lazare IGLESIS, tente ici de faire revivre les derniers jours de l'entourage d'Hitler dans une sorte de huis-clos digne de l'Enfer de DANTE. Toutefois.la faiblesse de cette entreprise tient à la présence des grands comédiens de l'époque, TOPART, CHAUMETTE, DUBY, PARTY interprétant les hauts dignitaires nazis comme Bormann ou Goebbels et qui, malgré leur talent immense, ont quelques difficultés à faire croire à leurs personnages. Comme l'écrivait Janine BRILLET dans le TELE 7 JOURS du 15 avril 1972 : " Pour moi, ils n'étaient pas crédibles. Je les ai vus sous tous les costumes, sous tous les uniformes dans " La caméra explore le temps", les feuilletons et les dramatiques. J'ai trop entendu leurs voix... Avec des inconnus, je serais entrée dans ce " bunker". Là, je suis restée à la porte." Et Janine BRILLET de regretter les émissions d'Alain DECAUX (ALAIN DECAUX RACONTE) où, seul, face caméra, sans aucun artifice, il évoque les grands évènements de l'histoire.

Il est à noter que ce téléfilm avait été l'une des seules émissions qui n'avaient pas été déprogrammées alors que des grèves secouaient cette semaine-là l'ORTF.

 

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 06:30

juliette.jpgDramatique de 95 minutes

Diffusion : samedi 1er avril 1972 à 20h30 sur la 1ère chaîne de l'ORTF

Comédie de Guy GROSSO et Michel MODO

Distribution :

Danièle EVENOU (Juliette Coustard)

Nicolas SILBERG (Michel Desroches)

Guy TREJAN (Raoul Ponthivier)

Armand MESTRAL (Fernand Coustard)

Grégoire ASLAN (Maurice Desroches)

Madeleine DAMIEN (Marguerite)

Muriel BAPTISTE (Sophie Ponthivier)

Jacqueline DUC (Elise Coustard)

France VERDIER (Lourdes)

Billy KEARNS (Richard)

Serge MAILLAT (Charles Dunoyer)

Hélène DUC (Marthe Desroches)

Michèle LUCCIONI (Edmée Ponthivier)

Max MONTAVON (le jeune homme)

Raoul GIRET (le client)

Thème : de nos jours, à Paris, une jeune conductrice de taxi se fait passer pour la fille d'un magistrat afin de ne pas décevoir le jeune homme qu'elle aime. Cela déclenche une cascade de quiproquos...

 Commentaires : cette comédie farfelue et sympathique, que l'on doit à GROSSO et MODO, repose beaucoup sur l'abattage de Danièle EVENOU et le métier de Guy TREJAN. A noter la présence de Muriel BAPTISTE dans un petit rôle.

Il est à noter que le tournage date de 1969, période pendant laquelle Muriel BAPTISTE faisait un " break". (information de P. SANSANO)

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 06:22

barcares.jpgFeuilleton de quinze épisodes de 15 minutes

Diffusion : du lundi au vendredi à 20h15 sur la 1ère chaîne de l'ORTF à partir du lundi 27 mars 1972 Scénario, adaptation et dialogues de Colette DEREAL

Réalisation : Pierre COSSON

Distribution :

Colette DEREAL (Agnès)

Marc CASSOT (Vincent)

Laurence POSTEC (Marianne)

Anne ALEXANDRE (Zabeth)

René VIDAL (M. Vidal)

Gérard BARRAY (Bruno)

Yvon SARRAY (M. Wendel)

Madeleine OZERAY (Mme Fontan)

Thème : Agnès, brillante antiquaire, retrouve à Port-Baracrès sa fille de 13 ans qui vit chez son parrain, un homme ombrageux, maître de manège. Agnès à qui tout a réussi jusqu'alors, va voir peu à peu son univers s'effondrer. C'est d'abord sa boutique qui est la proie des flammes. Puis un inconnu s'attaque même à sa fille qui va finir par apprendre que son père qu'elle croyait mort est peut-être encore en vie...

Commentaires : succédant au feuilleton LE 16 A KERBRIANT ce feuilleton entièrement conçu par Colette DEREAL a été très vite oublié. Il ne manquait cependant pas de qualité, avec notamment un Gérard BARRAY assez étonnant dans un rôle assez ambigu, bien loin de ses rôles de PARDAILLAN et autres SURCOUF. Mais il est vrai que l'intrigue tournait un peu rond et semblait parfois plus proche du dépliant touristique que du feuilleton quotidien.

Il est à noter que l'ORTF a interrompu le feuilleton en plein suspense, alors que la jeune héroïne se retrouvait, désespérée, au bord d'un gouffre laissant les téléspectateurs sur leur faim. Cette interruption était due officiellement en raison des grèves et des exigences de l'actualité. Par ailleurs le plan de diffusion prévoyait la diffusion d'un nouveau feuilleton L'INCONNUE DU VOL 141 et, semble-t-il, ne pouvait être changé. La mésaventure du MANEGE DE PORT BARACARES avait déjà eu un précédent lorsque le feuilleton LA MARCHE DE RADETSKI avaiit été arrêtée sans préavis, un épisode assez scabreux se déroulant dans une maison close ayant soulevé la colère des téléspectateurs. Mais on chercherait vainement quelque chose de scabreux dans le feuilleton de Colette DEREAL et cette interruption de diffusion reste un mystère. Certains ont suggéré que les commissions parlementaires se seraient émues du caractère promotionnel trop marqué du feuilleton et auraient craint une publicité déguisée pour les mérites touristiques de la côte languedocienne...

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 20:30

POT-BOUILLE.jpg

Série de 5 épisodes de 60 minutes

Première diffusion : le jeudi à 20h30, à partir du 23 mars 1972, sur la 2ième chaîne de l'ORTF. L'ORTF a choisi de diffuser ke feuilleton en 5 épisodes les 23 mars, 30 mars, 6 avril, 13 avril et 20 avril

Adaptation et dialogues : Jacques ARMAND, d'après le roman d'Emile ZOLA

Réalisation : Yves-André HUBERT

Décors de Jean-Baptiste HUGUES

Distribution :

Roger VAN HOOL (Octave Mouret)

Françoise SEIGNER (Eléonore Josserand)

Marie-France PISIER (Berthe Josserand)

René DARY (Bachelard)

René EROUK (Trublot)

Maud RAYER (Hortense Josserand)

Luce GARCIA-VILE (Clotilde)

Juliette MILLS (Valérie)

Michel AUMONT (Auguste)

Françoise DARBON (Zola, le récitant)

Dominique BERNARD (Guelin)

Julie DANCOURT (Mme Juzeur)

Arlette THOMAS (Adèle)

Catherine ALCOVER (Gasparine)

Pierre TORNADE (Compardon)

Lucien HUBERT (Gourd)

Denise PERRON (Mme Gourd)

R.J CHAUFFARD (Joseph)

Jacques FRANCOIS (Duveyrier)

Laurence BOURDIL (Lisa)

Yves GASC (Théophile)

Marc EYRAUD (l'abbé Mauduit)

Christine SIMON (Angèle)

Jenny ORLEANS (Rose)

Renée FAURE (Mme Dambreville)

Gérard LECAILLON (Saturnin)

Max DESRAU (Maître Renaudin)

Monique WITTA (Anna)

Danielle AJORET (Marie Pichon)

René FLEUR (M. Vabre père)

Paul BONIFAS (le docteur Juillerat)

Marie HENRIAU (Mme Hédouin)

Eva SIMONET (Clémence)

Jean PUYBERNEAU (Hyppolyte)

Jacqueline ROUILLARD (kulie)

Marie PRIVAT (Louise)

Jean-Pierre MOREUX (Léon)

et

Francis AMADOR

Marceline AMIEL

Xavier MACARY

Jacques MARBEUF

Françoise POUJOIS

Edouard ROUSSEAU

Lise ROY

Thème : Sous le Second Empire, à Paris, la vie quotidienne des locataires d'un immeuble bourgeois, de la loge du concierge aux chambres de service du dernier étage.

Commentaires : il existait déjà une version cinéma de POT-BOUILLE réalisée en 1957 par Julien DUVIVIER (avec notamment Danielle DARRIEUX et Gérard PHILIPPE), mais la télévision, avec la durée qu'elle peut se permettre (6 heures en l'espèce) donna du roman une version plus fidèle et plus approfondie, tout à fait conforme aux buts naturalistes de Zola qui étaient de décrire avec la précision d'un chirurgien les moeurs de son époque et de dévoiler, en l'espèce, tout ce qui se passe derrière la façade d'une maison respectable.

Une pléiade d'excellents comédiens permet de faire vivre avec talent cette peinture au vitriol qui, à l'époque, ne manqua pas de faire grincer quelques dents.

Il est à noter que les producteurs du film de DUVIVIER, s'estimant lésés dans leur droit d'exploitation (pensaient-ils que l'œuvre de ZOLA leur appartenait ?), s'opposèrent farouchement à la diffusion de la série à la télévision. Il fallut plus de deux ans de procédure pour que la série soit enfin diffusée.

A notre connaissance, la série n'est pas disponible en VHS ou DVD.   

 

 

Repost 0
Published by patrick ouardes
commenter cet article
19 mars 2012 1 19 /03 /mars /2012 07:09

sanglots.jpgTéléfilm de 95 minutes

Première diffusion : jeudi 16 mars 1972 à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

éalisation : Jean-Paul CARRERE

Adaptation et dialogues : Jean COSMOS

D'après une nouvelle de Gilles PERRAULT

Distribution :

Daniel RIVIERE (Frédéric)

Marcel CUVELIER (le commissaire)

Bernadette LANGE (la mère)

Paul LE PERSON (Rudi)

Karin MEIER (Grete)

Jean CARMET (Siriot)

Raymond LOYER (Poirier)

Alain MAC MOY (Laurais)

Fred FISHER (le grand-père Richter)

Franz SAUER (Carl Richter)

Jean-Pierre MOREAUX (le vendeur d'autos)

Jean-Jacques STEEN (le brigadier)

André DAGUENET (Bocognano)

Jacques MUNIER (un agent)

et

Peggy FRANKSTON

Hong Mai THOMAS

Christian TAGUET

Christophe LAU

Aline BERTRAND

Jacqueline BOUILLARD

Chantal QUINCY

Maaike JANSEN

Thème : de nos jours, à Paris et à Stuttgart, un adolescent cyniqsue et désabusé cherche la vérité sur son père qu'il croyait un héros et dont il apprend qu'il est soupçonné d'avoir trahi ses compagnons de la Résistance pendant la guerre. .

Commentaires : Gilles PERRAULT s'est inspiré d'une histoire vraie pour écrire sa nouvelle, celle d'un homme qui fut arrêté par la gestapo et livra sans le vouloir tous les membres de son réseau parce qu'il avait oublié une quittance de loyer dans sa poche. Mais ce qui l'a surtout intéressé, c'est la démarche du fils qui part à la découverte tant d'une époque que de son propre père. Il est bien servi par une adaptation très fidèle de Jean COSMOS et la réalisation, toujours solide et précise, de Jean-Paul CARRERE.  Daniel RIVIERE est parfait dans le rôle de l'adolescent, épaulé par Jean CARMET, Paul LE PERSON, Marcel CUVELIER. Tant de talents réunis ne pouvait donner qu'une oeuvre de qualité.

Repost 0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 07:15
evasions.jpgFeuilleton de 7 épisodes de 55 minutes
Première diffusion : le lundi à 20h35 sur la 1ère chaîne de l'ORTF, à partir du 6 mars 1972
Liste des épisodes :
1- L'Evasion du duc de Beaufort, diffusion le 6 mars 1972, scénario et dialogues d'André CASTELOT, Réalisation de CHRISTIAN-JACQUE, avec Georges DESCRIERES, Corinne MARCHAND, Christine MINAZZOLI, Renée FAURE, Gérard HERNANDEZ, Jacques CASTELOT, Robert DALBAN, Pierre BERTIN et Jean-Marie BERNICAT.
Thème : en 1643, alors que le roi Louis XIII est à l'agonie, le Duc de Beaufort, petit-fils de Henri IV et grand séducteur, complote contre le cardinal Mazarin. Mais il finira par être démasqué et sera emprisonné au donjon de Vincennes. Il parviendra cependant à s'évader grâce à un pâté...
2- Le comte de Lavalette, diffusion le 13 mars 1972, scénario et dialogues de Claube BRULE, réalisation de Jean-Pierre DECOURT, avec Robert ETCHEVERRY, Marianne COMTELL, Brigitte PERRIN, Pierre MASSIMI, Sylvie FAVRE, Jean-Paul CISIFE, Jean-Paul MOULINOT, Annick ALANE et Hubert de LAPPARENT.
Thème : en 1815, Lavalette qui a servi fidèlement l'empereur, se retrouve sur la liste des proscrits avec le retour de Louis XVIII.
3- Latude ou l'entêtement de vivre, diffusion le 20 mars 1972, scénario d'Henri KUBNICK, adaptation et dialogues de Jean COSMOS, réalisation de Jean-Pierre DECOURT, avec Michel DUCHAUSSOY, Jacqueline HUET, Jacques VERRIERES, Jacques ALRIC, Gabriel CATTAND, Myriam BOYER, Gilbert DAMIEN et Jacques HILLING.
Thème : en 1748, Latude, suite à une méprise, s'attire les foudres de la marquise de Pompadour qui le fait emprisonner à la Bastille. Il s'en évadera 3 fois, sera à chaque fois repris et ne sera finalement libéré qu'en 1783.
4- L'Esclave gaulois, diffusion le 27 mars 1972, scénario Henri de TURENNE, réalisation de Jean-Pierre DECOURT, avec Jacques FABBRI, Bernard GIRAUDEAU, Michel VITOLD, Jacques BALUTIN, Guy DELORME, Guy FOX, Henri VIRLOJEUX, Loumi IACOBESCO, Malka RIBOWSKA et Nicole ELFI.
Thème : en 532, alors que Clovis vient de mourir, Attala, fils d'un sénateur de Burgondie, est capturé et emmené au camp barbare de Théodoric. Grâce à l'ingéniosité de Léon, son esclave gaulois, il parviendra à s'évader...
5- Le joueur d'échec, diffusion le 3 avril 1972, scénario d'Henri KUBNIK, adaptation de Jacques ROBERT et CHRISTIAN-JACQUE, dialogues de Jacques ROBERT, réalisation de CHRISTIAN-JACQUE, avec Zoltan LATINOVITS, Robert PARTY, Jacques CASTELOT, Robert MANUEL, Istvan BUJTOR, Roger DUMAS et Karoly MECS.
Thème : en 1806, au lendemain de la victoire d'Iéna, un automate joueur d'échec qui avait émerveillé l'Europe à la fin du XVIIIième siècle, est présenté à Napoléon Ce dernier perd la partie mais se rend compte qu'il est l'objet d'une mystification...
6- L'Etrange trépas de M. de la Pivardière, diffusion le 10 avril 1972, scénario d'Henri KUBNIK, Adaptation d'Albert SIMONIN et Jean-Pierre DECOURT, Réalisation de Jean-Pierre DECOURT, avec Louis VELLE, Pierre VERNIER, Geneviève FONTANEL, Roger CAREL, Michel BEAUNE, Robert BERRI, Yvon BOUCHARD, Hélène MANESSE, Nicole MAUREY, Germaine DELBAT, Catherine LAFOND, Edith LORIA, Guy MARLY, Arlette POIRIER et Alexandre RIGNAULT.
Thème : en 1667, le lieutenant de la Pivardière rentre de la guerre et trouve sa femme ern galante compagnie avec un abbé. Le ton monte rapidement. Le lendemain matin, M. de la Pivardière a disparu; Des traces de sang laissent penser à un assassinat.
7- L'évasion de Casanova, diffusion le 17 avril 1972, scénario et dialogues de Claude BRULE, d'aprés LES MEMOIRES de CASANOVA, réalisation de Jean-Pierre DECOURT, avec Hugo PAGLIAI, Beba LONCAR, Paola GASSMANN, Daniela de MEO, Patrizia VALTURRI, Arnaldo MOMO, Vincenzo FERRO, Ileana FRAJA et Anna MARIACHER.
Thème : à Vénise, en 1755, Casanova revient à Venise, sa ville natale, pour y goûter tous les plaisirs de la vie.Un matin, il est arrêté et emprisonné sans explication. Treize mois plus tard son procés n'ayant toujours pas eu lieu, Casanova décide de s'évader...
Commentaires : à l'initiative de Roland DHORDAIN, cette série de prestige réunissait le gratin des comédiens français de l'époque, servis par les meilleurs spécialistes de l'histoire à la télévision comme André CASTELOT et des réalisateurs qui étaient souvent de vieux routiers du petit écran comme Jean-Pierre DECOURT (la série des ARSENE LUPIN), voire du grand écran comme CHRISTIAN-JACQUE (FANFAN LA TULIPE). Evidemment certains épisodes sont plus réussis que d'autres, les plus remarqués furent L'Evasion du Duc de Beaufort et Le joueur d'échecs, et la série n'a pas toujours les moyens de son ambition même si pas moins de 4 pays (France, Italie, Autriche et Hongrie) se sont associés pour la produire. Quant à la rigueur historique, on est sans doute plus proche ici d'Alexandre DUMAS que de l'école des Annales, mais pourquoi bouder son plaisir ?
Il est à noter que la série fut suivie d'une " deuxième saison " de 6 épisodes dont nous aurons l'occasion de reparler.
Les Evasions Celebres ont fait l'objet en mars 2010 d'une édition de 2 coffrets de 3 DVD (BOX 1 et BOX 2) par la société Yamato Vidéo (Le Evasioni Celebri - Langues : Italien + Français sous-titré en italien). La série est désormais disponible chez Elephant Films en coffret de 4 DVD (à partir du 11 juin 2014). 
Repost 0
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 06:53

goriot.jpgTéléfilm de 105 minutes

Première Diffusion : jeudi 9 mars 1972 à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

Réalisation : Guy JORRE

Adaptation et dialogues : Jean-Louis BORY

D'après Honoré de BALZAC

Distributiion :

Charles VANEl (le père Goriot)

Bruno GARCIN (Rastignac)

Roger JACQUET (Vautrin)

Monique NEVERS (Delphine de Nuncingen)

Elia CLERMONT (Anastasie de Restaud)

Nadine ALARI (Mme de Bauséant)

Barabara LAAGE (Mme de Langeais)

François-Louis TILLY (Blanchon)

Renée GARDES (Mme Vauquer)

Annie SAVARIN (Sylvie)

Paul RIEGER (Christophe)

Katy FRAISSE (Victorine Taillefer)

Marie ERGEY (Mme Couture)

Renée DELMAS (Mlle Michonneau)

Georges BEVER (Poiret)

Guy KERNER (M. de Restaud)

François TIMMERMAN (Maxime de Trailles)

François MORO-GIAFFERI (Ajuda Pinto)

Pierre NEGRE (le chef de la police)

Thème : en 1819, à Paris, un homme qui a vécu dans l'adoration de ses filles meurt, ruiné et désespéré, sous les yeux de Rastignac, jeune provincial au coeur pur dont les yeux vont se desciller sur la nature humaine.

Commentaires : cette adaptation fidèle de BALZAC, sorte de relecture du ROI LEAR de SHAKESPEARE, est devenue culte grâce à l'interprétation bouleversante de Charles VANEL. Il était si saississant dans le rôle du Père Goriot que sa " mort" fit pleurer tout le monde dans le studio. Par ailleurs le travail d'adaptation de Jean-Louis BORY réussit parfaitement à restituer l'univers Balzacien, avec ses ombres et ses lumières. On regrettera seulement que le reste de l'interprétation était un peu terne, à l'exception de Bruno GARCIN parfait en Rastignac. Notamment Roger JACQUET en Vautrin ne parvenait pas toujours à rendre le côté séducteur et inquiétant de son personnage. Guy JORRE dont c'était la première réalisation débutait par un quasi chef d'oeuvre.

Le téléfilm est disponible sur le site de l'INA.


Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 07:08

legion.jpgTéléfilm de 95 minutes

Première diffusion : vendredi 3 mars 1972 à 20h30 sur la 1ère chaîne, rediffusion le dimanche 20 septembre 1974 à 17h10 sur la 1ère chaîne

Réalisation de Philippe JOULIA

Adaptation et dialogues de Bernard CLAVEL de l'Académie GONCOURT d'après une de ses nouvelles

Musique d'André CHAMOUX

Distribution :

Pierre TRABAUD (Légionnaire Lafond)

Béatrice AUDRY (Léonie)

René LEFEVRE (Toine)

Gilles GWIZDEN (René)

Germaine LEDOYEN (Mme Bertrand)

Denis BRIDET (Mme Magnin)

Maurice BOURBON (Magnin)

Jean MOSSAT (Adrien)

Jacqueline FONTAINE (Antoinette)

Jean-Pierre MOUTIER (ouvrier agricole)

et

Raymond BARNIS

Jean GOINE

Marie-Louise EBELI

Suzanne CHAVANCE

La chienne AGATHE

Les habitants de Courbette près de Château-Chalon

Thème : en 1960, dans un petit village du Jura et à Lons-le-Saunier, un légionnaire qui vient d'être démobilisé prends la route. Il arrive dans un petit village au fond d'une vallée perdue. Après s'être lié avec les habitants, il trouve cependant une fin tragique.

Commentaires : ce téléfilm inspiré d'une nouvelle de Bernard CLAVEL prix Goncurt 1968 à qui on devait pour la télévision L'ESPAGNOL illustre une fois encore les rapports d'amour et de haine entre des habitants repliés sur eux-même et un homme venu d'ailleurs. Si celui qui vient d'ailleurs est  rejeté, c'est parce qu'il porte un regard neuf sur les êtres et les choses et met au jour ce que l'on tentait désespérément de garder caché comme dans le film de John STURGES UN HOMME EST PASSE avec Spencer TRACY.

Si la réalisation de Philippe JOULIA est un peu plate et le rythme assez lent, l'interprétation de Pierre TRABAUD est tout-à-fait remarquable. D'un geste, une attitude ou un regard, il parvint à en dire plus que dans dix discours. Cet acteur très rare tant au cinéma qu'à la télévision n'a tourné qu'une dizaine de films dont ANTOINE ET ANTOINETTE, UN RENDEZ-VOUS DE JUILLET ou encore LE DEFROQUE aux côtés de Pierre FRESNAY. Il est ici bien entouré par René LEFEVRE, toujours savoureux, et Béatrice AUDRY, trés émouvante, et de la petite chienne AGATHE, personnage essentiel en qui la critique Janine BRILLET voyait (sic) " une jeune actrice pleine de naturel" (TELE 7 JOURS n° 620 du 11 mars 1972)

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 20:30

Dramatique de 120 minutes

Première diffusion : jeudi 24 février 1972 à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

Réalisation : Jean KERCHBRON

Adaptation : Armand LANOUX et Jean KERCHBRON, d'après le roman de Pierre BENOIT

Décors : François CONTET

Chorégraphies : Jean-Louis BERT et Tola KOUKOUI

Distribution :

Ludmilla TCHERINA (Antinéa)

Denis MANUEL (Saint-Avit)

Gilles SEGAL (Ferrières)

Jacques BERTHIER (Morhange)

Yves ELLIOT (Chatelain)

Marie-Christine DARAH (Tanit)

Moune DE RIVEL (Rosita)

Gamil RATIB (Ben Cheikh)

Alfred PASQUALI (Le Mesge)

Colin DRAKE (Spardek)

Thème : dans les années 1900, au Hoggar, dans le Sahara, envoûté par Antinéa, une princesse de légende, descendante des Atlantes, qui attire dans son palais les voyageurs égarés, un jeune officier , le capitaine de Saint-Avit, devient le meurtrier de son meilleur ami.

Commentaires : adapté de nombreuses fois au cinéma, L'ATLANTIDE se voyait cette fois transposé au petit écran dans un téléfilm qui ne manquait pas de charme. La danseuse étoile et comédienne Ludmilla TCHERINA est une très belle Antinéa, au port de reine. Elle avait d'ailleurs déjà joué ce rôle dans l'opéra ballet d'Henri TOMASI et Francis DIDELOT tiré du roman et représenté au festival d'Enghien. Denis MANUEL interprète un Saint-Avit, tourmenté à souhait. Jean KERCHBRON qui avait déjà adapté KOENIGSMARK, toujours d'après Pierre BENOIT, s'acquitte de sa tâche fort honorablement, même si l'on aurait aimé dans la réalisation un peu plus d'audace. A noter que les si extérieurs furent tournés en Tunisie, les scènes du palais souterrain furent réalisées dans une champignonnière de Livry-Gargan.

A notre connaissance, cette version n'est pas disponible en VHS ou DVD.

Repost 0
Published by patrick ouardes - dans TELEFILMS
commenter cet article
21 février 2012 2 21 /02 /février /2012 20:15

kerbriant.jpg

Série de 25 épisodes de 15 minutes

Première diffusion : du lundi au vendredi, à partir du lundi 21 février 1972, à 20h15, sur la 1ère chaîne de l'ORTF.

Réalisation : Michel WYNN

Scénario : Jean COSMOS et Jean CHATENET, d'après le roman GRAND-MERE AGENT SECRET de Anne, Gwen et Jean-Claude PASQUIEZ

Distribution :

Louis VELLE (capitaine Madelin)

Elisabeth ALAIN (Anne Lacassagne)

Tsilla CHELTON (Blanche Lacassagne)

Aline BERTRAND (Marie Legoff)

Carole GIRON (Sylvie Lacassagne)

Lucien HUBERT (Yves Legoff)

Marie-Pierre CASEY (la boulangère)

Gérard CHEVALIER (Jean Legoff)

Jean-Gavriel NORDMANN (Hervé Lacassagne)

Robert RONDO (feldgendarme)

Jean-Pierre CASTALDI (Lionel)

Vernon DOBTCHEFF (Wolff)

Daniel SARKY (Antoine Kervarec)

Brigitte ROUAN (Françoise)

Jacques RISPAL (Martoret)

Tony ROEDEL (Muller)

Roger SOUZA (Goeno)

Thème : en 1944, en Bretagne, récemment arrivées de Paris, Anne et sa belle-mère Blanche découvrent que le vieux téléphone, jusqu'alors désaffecté, de leur maison de famille, est directement relié à la Kommandantur. Elles en profitent pour espionner les Allemands et aider ainsi la Résistance, jusqu'à ce qu'un Allemand, le capitaine Franz Madelin, tombe amoureux d'Anne qui est aussi courtisée par un jeune Résistant. Madelin aura fort à faire pour tirer Anne et Blanche des griffes de Wolff, le sinistre chef S.S. Mais tout finira par s'arranger avec l'arrivée des Américains.

Commentaires : cette comédie finalement assez bon enfant sur un sujet qui aurait pu être mélodramatique et sur une période assez noire de notre histoire, a la particularité de voir Louis VELLE jouer les officiers allemands alors qu'il ne parle pas un mot de cette langue. Il s'en sort en prenant un accent teuton fort prononcé. Louis VELLE venait alors de tourner LA DEMOISELLE D'AVIGNON qui avait connu un succès considérable et il tournera ensuite L'HOMME QUI REVIENT DE LOIN. Le 16 A KERBRIANT n'était qu'une étape dans une carrière télévisuelle, alors au zénith. On peut aussi remarquer, dans ce feuilleton, la prestation haute en couleur de Tsilla CHELTON, future TATIE DANIELLE, de Marie-Pierre CASEY qui joue les boulangères et non les femmes de ménage ou encore du juvénile Jean-Pierre CASTALDI. Enfin Elisabeth ALAIN, fille d'André BARSACQ, incarne son personnage de résistante, un peu ingénue, avec beaucoup de charme.

Ce feuilleton quotidien passionna les spectateurs, soulagés par le happy end final. Certains critiques trouvèrent toutefois cette vision de la résistance un peu édulcorée.

La série est disponible en coffret VHS et en DVD (avec bonus).

Repost 0
Published by patrick ouardes - dans LE 16 A KERBRIANT
commenter cet article

VOS MADELEINES DE PROUST

     

TELE 75 – LE LIVRE

Retrouvez les feuilletons et émissions de la télévision française de l’année 1975.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez ou redécouvrez : APOSTROPHES, JO GAILLARD, SAMEDI EST A VOUS, LE PETIT RAPPORTEUR, L'HOMME SANS VISAGE, THALASSA, SALVATOR ET LES MOHICANS DE PARIS, LES COMPAGNONS D'ELEUSIS, SPLENDEURS ET MISERES DES COURTISANES,STADE2, MICHEL STROGOFF, et d'autres émissions et séries.

Les émissions et feuilletons retenus sont classés par mois, de janvier à décembre.

En exclusivité, des BREVES pour chaque mois.

Couverture souple – 192 pages - Prix : 12 euros

Disponible sur LULU.COM. (taper " Ouardes" dans rechercher). Lien https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=tele+75&sorter=relevance-desc

L'ouvrage peut être également commandé sur le site AMAZON.(taper "ouardes" dans recherche). https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=ouardes+tele+75&rh=i%3Aaps%2Ck%3Aouardes+tele+75

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1974.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1973

Celui consacré à l'année 1972 :

Celui consacré à l'année 1971 :

TELE71.jpg

 

et celui consacré à l'année 1970 :

 320

 

 

Rechercher

AVERTISSEMENT

Le blog TELE 70 est consacré à la télévision française des années 70. Il ne propose à la vente aucun DVD de séries ou d'émissions. Il est totalement indépendant et n'est lié à aucun site à caractère commercial.