23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 20:35

Feuilleton de 13 épisodes de 52 minutes

Réalisation : Jean-Pierre DECOURT

Adaptation et dialogues : Jean-Pierre DECOURT et Pierre Aristide BREAL, sur une idée de Jean CAMREDON

D'après une évocation historique d'André-Paul ANTOINE et Pierre Aristide BREAL

Musique : Frank POURCEL et José BASELLI

Distribution :

Jacques FABBRI (Schulmeister)

Andrée BOUCHER (Suzel)

Geneviève FONTANEL (Arabella)

Roger CAREL (Hammel)

Jean PIAT (comte de Beaumont)

Georges DESCRIERES (le roi Louis)

William SABATIER (Savary)

Henri VIRLOJEUX (Fouché)

Geneviève CASILE (la baronne)

François CHAUMETTE (le baron)

Gabriel CATTAND (Wend)

Yves LEFEBVRE (Dietrich)

Annick ALANE (Mme Fouché)

Marcel CUVELIER (Neubacher)

Roger TRAPP (Vogel)

Howard VERNON (Sir Horace)

Max ELLOY (le valet de Savary)

Titres des épisodes :

Première série (de décembre 1971 à janvier 1972, sur la 1ère chaîne, à partir du mercredi 22 décembre)

1-         Le maître d’école (02:12), avec  Philippe NICAUD (général Lahorie), Nadine ALARI (Mme Hugo); 

2-         Le petit matelot (01/01), avec Robert BERRI (le père Troche), Paul BISCIGLIA (l'officier anglais), Pierre DANNY (le général Augereau), Marie-Christine DESMAREST (la gouvernante), Georges DUPUIS (Rosselin-Lambert), Fernand GUIOT (le palefrenier), Sylvia SAUREL (la comtesse de Fréville); 

3-         Schulmeister contre Schulmeister (03/01) avec Sacha PITOEFF (Dangberg), Roger DANN (Privitiz), Jacques COUTURIER (Beugnot), Alain SOUCHERE (Thalberg), Louis NAVARRE (Hermann)

4-         Au pays de l’eau tranquille (10/01), avec Michel BEAUNE (le général Monnet), Claudine COLLAS (Ingrid), Katia TSCHENKO (Berguitte), Teddy BILLIS (Van Acker), Francis LEMAIRE (chapman); 

5-         Les lys blancs (17/01), avec Martine ALYCIA (la marquise), Alberte AVELINE (Mme d'Aran), Jacques PROVINS (le procureur), Jean-Paul CISIFFE (le président), Catherine ALCOYER (Mme d'Acque), Michel LEBRET (Ledru), Jacques FRANTZ (Pen Rouz), Pierre MIRAT (le maître de poste), Jacques POINT (le colonel), 

6-         La conspiration Malet (24/01), avec Nadine ALARI (Mme Hugo), Philippe NICAUD (le général Lahorie), Mario PILAR (le général Malet), Charles CHARRAS (le général Hulin), Marcel CHARVEY (le génral Soulié), François JAUBERT (le jeune homme), Bernard LAJARRIGE (l'abbé), Pierre REPP (le concierge).

Deuxième série (le lundi 4 mars, à 20h35, de mars à avril 1974, sur la 1ière chaîne de l’ORTF, à partir du lundi 4 mars 1974)

Musique de Jean-Pierre BOURTAYRE

7-         Un village sans importance (04/03), avec Maurice CHEVIT (le père Heinrich), André THORENT (général Mack), Michel FORTIN (Von Graffenberg), Guy DELORME (le commandant), Raul BILLEREY (le maître de poste), Guy FOX, Rico LOPEZ, Lionel VITRANT, Antoine BAUD et Janine BERDIN; 

8-         La dame de Vienne (11/03), avec Claude DEGLIAME (la comtesse), Pierre HATET (Gruner), Guy DELORME (le commandant), Guy FOX, Henri GUEGUAN, Gérard BAYLE, Antoine BAUD et Micheline MICOLON; 

9-         L’affaire Adams (18/03) avec Pierre HATET (Gruner), Claudine COLLAS (Clémence), Maryvonne SCHILTZ (Lyda), Alain CRASSAL (l'aubergiste), Anette PAVIE (la camériste); 

10-     Un coup pour rien (25/03), avec Barbara SOMMERS (Bertha), Pierre HATET (Gruner), Jean-Pierre RAMBAL, Gérard DARRIEU, Guy FOX, Andrée HABER et Patrice KAHLOHVEN; 

11-     L’espion du tsar (01/04) avec Georges CLAISSE (Tchernitchef), Yalta ROZSAFFY (une danseuse), Maurice TRAVAIL (Michel), César TORRES (Ivan); 

12-     Avant les cent jours 1/2 (08/04) avec Françoise GIRET (Marie Waleswka), Gerges CLAISSE (Tchernitchef), Claudine COLLAS, Patrick PREJEAN (Rajou), Jean-Jacques BOUVIER (De Blanzy), Raoul BILLEREY (le maître de poste); 

13-     Après les cent jours 2/2 (15/04) avec Alfred ADAM (Cambronne), Claudine COLLAS, Georges CLAISSE (Tchernitchev), Pierre HATET (Gruner), Jacqueline JEFFORD (Mary Osburn), Patrick PREJEAN (Rajou), Raoul BILLEREY, Guy DELORME (le vicomte), Guy FOX (Klauss), Rico LOPEZ (Tulipe), Jean-luc TARDIEU (Beaujardin), Lionel VITRANT (Zézé).

Thème : cette série historique qui se passe sous le 1ier Empire jusqu'aux Cent jours met en scène un maître espion qui, à travers toute l’Europe, déjoue de nombreux complots contre Napoléon 1ier.

Commentaires : cette série inspirée d'un personnage réel dont parlent FOUCHE et SAVARY dans leurs mémoires, manque parfois de moyens mais elle réunit toutefois une excellente distribution, avec dans les rôles principaux Jacques FABBRI toujours aussi truculent et son complice Roger CAREL. Beaucoup plus que dans VIDOCQ, on frôle souvent la parodie, et le rythme n’est pas aussi soutenu que dans cette dernière série. Par ailleurs, notamment dans la deuxième saison, le manque de moyens, surtout pour les tournages en extérieur, est évident. Toutefois l’ensemble reste sympathique.

La série est disponible en coffret 4 DVD (LCJ Editions, 2006).Plusieurs épisodes sont aussi disponibles sur le site de l'INA (www.ina.fr).

 

Repost 0
19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 07:03
baltard.jpgEmission de Georges WALTER, avec la collaboration de Guillaume SILBERFELD
Diffusion : mardi 21 décembre à 20h35 sur la 1ère chaîne de l'ORTF
Sur des commentaires poétiques de Georges WALTER
Commentaires : cette émission diffusée en prime-time est consacrée à la disparition des Halles Baltard. Elle retrace d'abord l'historique des Halles sur près de huit siècles à travers un défilé de gravures, d'estampes et de documents d'époque puis filme, avant leur démolition, les célèbres structures mlétalliques.   
Les travaux devaient s'étaler sur plusierurs années. Sur les 12 parapluies de fer, 6 allaient d'abord être détruits pour permettre la construction de la gare RER et du forum des Halles.  
Même si la nostalgie domine tout au long de cette émission, il faut reconnaître que les Halles Baltard avaient beaucoup perdu de leur intérêt depuis que l'essentiel du ventre de Paris avait été transféré à Rungis.
A noter qu'ADIEU est aussi une chanson écrite par Georges WALTER sur une musique originale de Marc HEYREL qui est également son interprète.
Repost 0
18 décembre 2011 7 18 /12 /décembre /2011 20:30

MONSOREAU.jpg

Feuilleton de 7 épisodes de 60 minutes

Première diffusion : à partir du samedi 18 décembre 1971 à 20h30 sur la 2ième chaîne de l'ORTF

Coproduction ORTF/TELECIP

Réalisation : Yannick ANDREI

Adaptation et dialogue : Claude BRULE, d'après le roman d'Alexandre DUMAS

Orchestration : Claude DENJEAN

Musique : Daniel FOSSARD

Directeur photo : Pierre MONTAZEL

Combats réglés par Claude CARLIEZ

Distribution :

Karin PETERESEN (Diane)

Nicolas SILBERG (Bussy)

Denis MANUEL (Henri III)

Michel CRETON (Chicot)

Gérard BERNER (Anjou)

Mireille AUDIBERT (Mme de Saint-Luc)

François MAISTRE (Monsoreau)

Daniel DERVAL (Rémy)

Gilles BEHAT (Epernon)

Marco PERRIN (Henri de Navarre)

Maria MERIKO (Catherine de Médicis)

Jacques LECARPENTIER (Guise)

Louis ARBESSIER (Meridor)

Maurice RICH (Mayenne)

Pierre HATET (Lorraine)

Pierre MASSIMI (Quéius)

Angelo BARDI (Gorenflot)

Teddy BILIS (Pierre)

 Titres des épisodes :

1- Les Epées et la dame blonde

2- L'homme en noir

3- La nuit du fou

4- La Coupe brisée

5- Les Merlettes de Lorraine

6- Les Fougères de Méridor

7- Le guet-apens

Thème : sous le règne d'Henri III, les intrigues se multiplient entre Catholiques et Protestants à la cour du roi de France. Intrigues politiques mais aussi amoureuses autour de la trop belle Diane de Monsoreau, convoitée par trois hommes : le comte de Monsoreau, le duc D'Anjou, frère du roi et Louis de Bussy D'Amboise.

Commentaires : considéré comme un des chef d'oeuvres du feuilleton historique, LA DAME DE MONSOREAU réunit une somme incroyable de talents. Les décors sont somptueux, splendidement photographiés par Pierre MONTAZEL à qui on doit notamment la photo de GOUPIL MAIN ROUGE, TOUCHEZ PAS AU GRISBI et SI VERSAILLES M'ETAIT COMPTE. Les duels sont parfaitement chorégraphiés, sans doute les meilleurs que l'on ait vus à la télévision. La distribution est formidable. Il faudrait citer tous lesacteurs. L'adaptation de Claude BRULE est elle aussi très réussie, avec la particularité de faire raconter cette histoire foisonnante du point de vue de Chicot, le bouffon (et espion) du roi. Enfin la réalisation de Yannick ANDREI, qui avait auparavant réalisé LE CHEVALIER TEMPETE est parfaite, d'équilibre et de densité. On regrettera seulement que la suite qui avait été prévue avec la même équipe, LES QUARANTE-CINQ, ne fut jamais tournée.

Le feuilleton est disponible en DVD (Coffret 4 DVD, TF1 vidéo, "les grandes séries de la télévision"). A se procurer de toute urgence pour comprendre ce qu'était la qualité ORTF des années 70.

Repost 0
Published by patrick ouardes - dans (LA) DAME DE MONTSOREAU
commenter cet article
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 20:30
Diffusion : émission mensuelle, du 19 février 1970 au 25 avril 1973, à 20h30 sur la1ière chaîne de l’ORTF, diffusée d’abord le lundi, puis le mardi et le mercredi.
Réalisation : Igor BARRERE
Emission de Michel BASSI, Alain DUHAMEL, André CAMPANA, Jean-Pierre ALESSANDRI et Igor BARRERE  
Thème : après avoir commenté un sondage de la SOFRES, illustré par PIEM, deux personnalités aux positions opposées sur un thème déterminé présentent chacun un film de 15 minutes. Puis le débat dirigé par Alain DUHAMEL s’engage. L’émission s’achève sur une confrontation avec le public.
Il est important de souligner que l’émission se déroule en direct.
Commentaires : Le premier débat opposa le 17 février 1970 Michel DEBRE à Jacques DUCLOS. Parmi les 34 émissions réalisées, les plus remarquées furent celle du 15 septembre 1970 entre Alexandre SANGUINETTI et Pierre MENDES-FRANCE, les débats entre Alain PEYREFITTE et Georges MARCHAIS,  Jacques SERVAN-SCHREIBER et Valéry GISCARD D’ESTAING, Gaston DEFERRE et Edgar FAURE, le débat entre Raymond CARTIER et Robert BURON sur « L’Algérie, la France et le tiers-monde »(15 février 1971), l’émission du 22février 1972 avec Joseph FONTANET et Edmond MAIRE sur «  les conditions de travail en France »., ou celle du 7 février 1973 opposant Roland LEROY à Alain GROTTERAY sur le thème des «  deux politiques ».
Mais, évidemment, le débat qui retint le plus l’attention fut celui du 13 décembre 1971 qui portait sur les Moeurs mettait aux prises l'écrivain et journaliste Maurice CLAVEL au député-maire de Tours Jean ROYER. Le débat qui fut suivi par près de 46 pour cent des téléspectateurs tourna court. Ulcéré que son film ait été censuré, Maurice CLAVEL quitta le plateau en prononçant sa célèbre apostrophe : «  Messieurs les censeurs, bonsoir ! ». En réalité un seul mot avait été censuré. Evoquant un entretien donné à un journaliste américain où Georges POMPIDOU avait fait part de ses réserves sur une certaine mythologie entourant parfois la résistance française, Maurice CLAVEL voulait, dans son film d’introduction, souligner « l’aversion » de Georges POMPIDOU pour la résistance. C’est ce mot d’aversion qui fut censuré et provoqua la colère de Maurice CLAVEL et son départ de l’émission. (En réalité, Georges POMPIDOU avait déclaré « qu’il détestait toutes ces histoires » de la Résistance, employant le verbe anglais TO HATE).
La presse commenta largement ce premier grand scandale médiatique. Comme l’écrivait Pierre VIANSSON-PONTE dans LE MONDE : « Il était d’une rare maladresse de censurer, fût-ce d’un mot, le pourfendeur de la censure ».
Plusieurs extraits de l'émission sont disponibles sur le site de l'INA (www.ina.fr)
 
Repost 0
Published by patrick ouardes
commenter cet article
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 07:39

unenfant.jpgEmission de 65 minutes

Première diffusion : dimanche 12 décembre à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

Adaptation, dialogues et réalisation : Pierre SISSER

Chansons de Michel FUGAIN et Pierre DELANOE

Musique de Michel FUGAIN et Jean BOUCHETY

Distribution :

Michel FUGAIN (Michel)

Xavier GELIN (Patrick)

Mary ROSS (Caroline)

Sacha BRIQUET (le directeur artistique)

Jacques JOUANNEAU (l'agent)

Catherine ALLEGRET (l'hôtesse)

SKIPPIE (Joe)

et 

Daniel GELIN

Toni MARSHALL

Didier KAMINKA

Karin REGGIANI

Pierre SISSER

Georges BLANESS

Michel COSTA

Alain SIREGUY

Vanina MICHEL Claude ARIEL

Thème : de nos jours, à Paris, un jeune chanteur et compositeur " dans le vent" essaie, au travers de multiples rencontres de donner un sens à sa vie.

Commentaires : sorte de comédie musicale tournée spécialement pour la télévision, UN ENFANT DANS LA VILLE est une tentative originale de renouveler le genre des variétés à la télévision.

Curieusement, la distribution fait la part belle aux " enfants" de star : Xavier GELIN (fils de Daniel GELIN), Catherine ALLEGRET (fille de Simone SIGNORET), Karin REGGIANI (fille de Serge REGGIANI) ou encore Toni MARSHALL (fille de Micheline PRESLE). Parti pris dont s'expliquait le réalisateur Pierre SISSER dans le TELE 7 JOURS n° 607 du 11 décembre 1971 : " J'entends toujours les enfants de vedettes se plaindre d'avoir un nom difficile à porter; Je crois qu'ils ont tort. Moi, je pense que ce nom représente une chance pour eux. J'essaie de le leur prouver.A eux de saisir cette chance... ou de renoncer".

Repost 0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 07:03

tempsdurossignol-copie-1.jpgTéléfilm de 95 minutes

Première diffusion : lundi 6 décembre 1971 à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

Adaptation et mise en scène : Abder ISKER

D'après la pièce de James PARRISH

Distribution:

Philippe LEMAIRE (Thierry Sevran)

Danièle DELORME (Claire Sevran)

Gérard BERNER (Robert)

Rachèle CATHOUD (Isabelle Bordier)

Pierre GATINEAU (le commissaire)

Jack BERARD (L'inspecteur)

Thème : de nos jours, dans une maison isolée, près de la forêt de Rambouillet, une femme est victime d'une machination. Elle doit affronter toute une nuit un maniaque dangereux...

Commentaires : ce thriller mise en scène par Abder ISKER parvient à distiller une atmosphère d'angoisse où se mêlent logique et folie. Les deux principaux interprètes Gérard BERNER et Danièle DELORME sont très convaincants et parviennent à donner chair à leurs personnages. 

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 07:47

fausses-confidences.jpgPièce de 105 minutes

Premlière diffusion : samedi 27 novembre 1971 à 20h30

Mise en scène : Jean PIAT

Réalisation : Jean-Marie COLDEFY

Distribution :

Micheline BOUDET (Araminte)

Simon EINE (Dorante)

Jean PIAT (Dubois, ex-valet de Dorante)

Jacques EYSER (M. Rémy)

Denise GENCE (Mme Argante)

Jean-Luc MOREAU (Arlequin, valet d'Araminte)

Paule NOELLE (Marion, suivante d'Araminte)

Bernard DHERAN (le comte)

Marcel TRISTANI (un domestique)

Jean-Pierre BARLIEZ (un joaillier)

Thème : en 1740, à Paris, grâce à son valet, un jeune homme sans fortune arrive à se faire aimer d'une jeune veuve fortunée.

Commentaires : ce spectacle de la Comédie-française est un véritable cadeau offert aux télésêctateurs. L'intrigue assez mince     es toutefois servie par de magnifiques interprètes dont Michemine BOUDET qui joue une Araminte pleine de charme et de finesse et Jean PIAT en valet ingénieux. La mise en scène de Jean-Marie COLDEFY est très soignée, plan par plan. Toutefois on regrettera que la pièce ait été tournée certes dans un théâtre, celui de l'Odéon, mais sans présence de public, ce qui rend l'ensemble un peu froid et distant.

Il est à noter que la pièce de MARIVAUX avait déjà fait l'objet de 3 adaptations à la télévision française, en 1964, 1967 et 1968 avec des interprètes différents.

Repost 0
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 07:08

pasteur.jpgEn cette rentrée 1971, Pierre DESGRAUPES a décidé de réformer l'information télévisée en instaurant un présentateur unique pour le journal du soir, à l'image du célèbre journaliste américain Walter CRONKITE sur le réseau CBS. Il a choisi Joseph PASTEUR pour être ce premier présentateur vedette du journal télévisé cumulant les fonctions de rédacteur en chef et de présentateur et utilisant pour la première fois pour un journal télévisé un téléprompteur.

Cette " américanisation " du journal télévisé suscita pas mal de remous au sein de la rédaction. Fallait-il se dévouer corps et âme pour un patron sans se soucier de passer à l'antenne? Toutefois il ne s'agissait que d'une sorte de retour aux sources car dès 1959-1961 le journal télévisé était assuré par 5 présentateurs intervenant à tour de rôle (Claude DARGET qui fut remplacé déjà par Joseph PASTEUR, Raymond MARCILLAC, Léon ZITRONE, Jacques SALLEBERT et Michel DROIT, ce qui donnait au journal un ton très personnel, différent selon les présentateurs. Puis, dans le but de ne pas laisser trop de pouvoir à un homme seul, on préféra instaurer des duos de présentateurs. Au milieu des années 60, Georges DE CAUNES tenta une expérience originale, jouant le rôle d'une sorte de meneur de jeu, s'entourant de spécialistes commentant l'actualité. Mais l'expérience tourna court. Et, à l'exception de Léon ZITRONE, la règle fut désormais : pas de vedette au JT.
Pierre DESGRAUPES rompt donc avec cette logique. Il a choisi Joseph PASTEUR, déjà bien connu des téléspectateurs pour être le Walter Cronkite à la française : même âge, même flegme, même sens reconnu de l'honnêteté journalistique. La seule différence était le salaire : Cronkite touchait près de 250 000 dollars par an. Un salaire très loin de celui du nouveau présentateur vedette.

D'abord prévu à la rentrée, le premier journal à l'américaine ne fut toutefois lançé que le 22 novembre 1971 à 19h45 dans TELE-SOIR. Le succès ne fut pas immédiat et beaucoup pensaient que cette expérience de présentateur unique n'aurait pas de suite; Pourtant elle annonçait les grands présentateurs de la messe du 20heures qui allaient dominer les années 70 comme Roger GICQUEL et, plus tard, Patrick POIVRE D'ARVOR.

Repost 0
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 07:02

HOMMEQUIRIT.jpgFeuilleton de 3 parties de 85 minutes

Première diffusion : les lundis 8, 15 et 22 novembre 1971 à 20h30 sur la 2ème chaîne de l'ORTF

Réalisation

Adaptation : Paule de BEAUMONT et Jean KERCHBRON

D'après le roman de Victor HUGO

Dialogues : Paule de BEAUMONT

Musique : Jean WIENER

Réalisation : Jean KERCHBRON

Distribution :

Philippe BOUCLET (Gwynplaine adulte)

Eric DAMAIN (Gwynplaine enfant)

Jacques MAUCLAIR (Minos)

Juliette VILLARD (Josyane)

Georges MARCHAL (Tom Jim Jack/ Lord David)

Xavier DEPRAZ (Ursus)

Philippe CLAY (Barkilphedro)

Rico LOPEZ (un guetteur)

Pierre DUNCAN (le patron)

Anna DOUKING (la fille de joie)

Georges DOUKING (Rhadamante)

Georges SELLIER (le vieillard)

Serge SPIRA (le tavernier)

Marcelle RANSON (la reine Anne)

Tony RUDEl (le cuisinier)

Delphine DESYEUX (Déa l'aveugle)

Gérald DENIZOT (le condamné)

Le loup LOBO

et

Jean HEBERT

Gilles BEHAT

et la voix de Jean ETCHEBARNE

Thème: en 1690, en Angleterre, à travers le personnage d'un vagabond au grand coeur mais dont le visage a été atrocement mutilé par des bandits, nous est proposé le portrait, souvent impitoyable, de la société anglaise du XVIIème siècle entre des nobles pervers et débauchés et des pauvres malheureux et opprimés.

Commentaires: Jean KERCHBRON, habile faiseur de la télévision française, propose une vision assez personnelle de l'oeuvre de Victor HUGO. Certaines images, quoique d'une grande beauté plastique, sont difficiles à soutenir. Il trouve, à notre époque où les écarts de niveaux de vie n'ont jamais été si grands, une étrange résonnance...

Il est à noter qu'il s'agissait du dernier rôle de Juliette VILLARD.


Repost 0
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 07:04

Pere.jpgTéléfilm de 90 minutes

Première diffusion : samedi 6 novembre 1971 à 20h30 sur la 1ière chaîne de l'ORTF

Réalisation: Jeannette HUBERT

Comédie d'Edouard BOURDET

Distribution :

Pierre FRESNAY (Raymond)

Geneviève CASILE (Silvia)

Lisa DELAMARE (Diane)

Hélène DUC (Pauline)

Bernard TIPHAINE (Alain)

Catherine ARDITI (Malou)

Yves PENEAU (Arsène)

Marie LAURENCE (Clémence)

Janine SOUCHOn (Rose)

Thème : en 1930, en province et à Paris, un homme de lettres voit cette réputation flétrie à la suite de sa disparition, au risque de briser la vie de son admiratrice la plus sincère.

Commentaires : PERE est une des dernières pièces écrites par BOURDET, à qui on doit notamment FRIC-FRAC, et personne mieux que Pierre FRESNAY qui fut si souvent son interprète ne pouvait se faire le porte-parole de cet auteur aujourd'hui un peu tombé dans l'oubli. Pierre FRESNAY fut d'ailleurs avec Yvonne PRINTEMPS un des interprètes de PERE lors de sa création de la pièce en 1942. Pièce qui fut reprise triomphalement en 1958 toujours avec ces deux grands interprètes mais qui changèrent de personnages. A la télévision, le résultat est moins convaincant. La pièce a sans doute mal supporté les épreuves du temps, malgré les efforts de Pierre FRESNAY et de Geneviève CASILE.

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article

VOS MADELEINES DE PROUST

     

TELE 75 – LE LIVRE

Retrouvez les feuilletons et émissions de la télévision française de l’année 1975.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez ou redécouvrez : APOSTROPHES, JO GAILLARD, SAMEDI EST A VOUS, LE PETIT RAPPORTEUR, L'HOMME SANS VISAGE, THALASSA, SALVATOR ET LES MOHICANS DE PARIS, LES COMPAGNONS D'ELEUSIS, SPLENDEURS ET MISERES DES COURTISANES,STADE2, MICHEL STROGOFF, et d'autres émissions et séries.

Les émissions et feuilletons retenus sont classés par mois, de janvier à décembre.

En exclusivité, des BREVES pour chaque mois.

Couverture souple – 192 pages - Prix : 12 euros

Disponible sur LULU.COM. (taper " Ouardes" dans rechercher). Lien https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=tele+75&sorter=relevance-desc

L'ouvrage peut être également commandé sur le site AMAZON.(taper "ouardes" dans recherche). https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=ouardes+tele+75&rh=i%3Aaps%2Ck%3Aouardes+tele+75

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1974.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1973

Celui consacré à l'année 1972 :

Celui consacré à l'année 1971 :

TELE71.jpg

 

et celui consacré à l'année 1970 :

 320

 

 

Rechercher

AVERTISSEMENT

Le blog TELE 70 est consacré à la télévision française des années 70. Il ne propose à la vente aucun DVD de séries ou d'émissions. Il est totalement indépendant et n'est lié à aucun site à caractère commercial.