27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 06:22
RENDEZ-VOUS EN NOIR

 

Feuilleton de 6 épisodes de 50 minutes

Première diffusion : le jeudi à 20h30 sur TF1, à partir du jeudi 24 février 1977

Réalisation de Claude GRINBERG

Adaptation et dialogues d'André VAR, d’après le roman de William IRISH

Musique de Stéphane VILAR

Distribution :

Didier HAUDEPIN (Jean Morin)

Jean-Pierre AUMONT (Garisset)

Daniel AUTEUIL (l’inspecteur Camaret)

Nicole DESSAILLY (la patronne de café)

Jean MARTIN (le commissaire)

Gabriel CATTAND (Pierre Véron)

Catherine CHAUVIERE (Gilberte)

André FALCON (Lucien Trincant)

Pierre DANNY (l’inspecteur Pascal)

Christine PASCAL (la fiancée)

Anouk FERJAK (Martine Jourdan)

Pascale AUDRET (Florence Trincant)

Jeane MANSON (Rusty)

Christine LAURENT (Charlotte)

Laurent MALET (Alex)

Muriel CATALA (Madeline)

Steve GADLER (Buck Paige)

Georges RIQUIER (Henri Darnand)

Madeleine BOUCHEZ (la vieille dame)

et

Paulette DUBOST

Jackie SARDOU

Thème : Jean Morin poursuit d’une vengeance implacable les cinq passagers d’un avion de tourisme responsables de la mort de sa fiancée. Chaque 31 mai, il commet un meurtre, ce qui attire bientôt l'attention de l'inspecteur Camaret. Quatre personnes sont ainsi victimes du vengeur. Il ne reste qu'une dernière personne, une jeune aveugle, que l'inspecteur va tenter de protéger. 

Commentaires : Claude GRINBERG à qui on doit aussi LES COMPAGNONS D’ELEUSIS signe ici un très honnête feuilleton policier qui voit les débuts remarqués à la télévision d’un certain Daniel AUTEUIL en inspecteur de police genre COLUMBO.  L'intrigue rappelle celle du film de F. TRUFFAUT " La mariée était en noir ", tiré d'un autre roman de William IRISH. 

A notre connaissance la série n’est pas disponible en VHS ou DVD.

Repost 0
20 février 2017 1 20 /02 /février /2017 07:24
LA NUIT DES CESARS 1977

Diffusion : samedi 19 février 1977, à 20h30, sur ANTENNE 2, en direct de la salle Pleyel

Emission proposée par Georges CRAVENNE

Commentaires de Pierre TCHERNIA

Réalisation de François CHATEL

Jean YANNE, Michel PICCOLI et Peter USTINOV, maîtres de cérémonie

Commentaires : cette 2ème cérémonie des Césars est présidée par Lino VENTURA, qui succède à Jean GABIN à qui il rend hommage. 

Le César du meilleur film est attribué à MR KLEIN de Joseph LOSEY qui obtient aussi le césar du meilleur réalisateur. Celui du meilleur acteur va à Michel GALABRU pour LE JUGE ET L'ASSASSIN de Bertrand TAVERNIER. Ce dernier qui bat dans sa catégorie Alain DELON, Gérard DEPARDIEU et Patrick DEWAERE, reçoit sa récompense sans dire un mot, trop bouleversé pour parler. Le César de la meilleure actrice est attribué à Annie GIRARDOT pour DOCTEUR FRANCOISE GAILLARD de Jean-Louis BERTUCELLI. Elle est préférée à Isabelle ADJANI, MIOU-MIOU et Romy SCHNEIDER. Claude BRASSEUR remporte le César du meilleur acteur dans un second rôle pour UN ELEPHANT CA TROMPE ENORMEMENT d'Yves ROBERT et Marie-France PISIER celui de la meilleure actrice dans un second rôle pour BAROCCO d'André TECHINE. C'est NOUS NOUS SOMMES TANT AIMES d'Ettore SCOLA qui remporte le César du meilleur film étranger, devant BARRY LINDON de Stanley KUBRICK, CRIA CUERVOS de Carlos SAURA et VOL AU-DESSUS D'UN NID DE COUCOU de Milos FORMAN. Un César d'honneur est remis à Jacques TATI et un hommage est rendu à Henri LANGLOIS de la Cinémathèque.

Comme on le voit, c'est un palmarès assez étincelant, avec alors de véritables stars et des films devenus cultes.

Repost 0
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 15:00
ANGLETERRE FRANCE 77 : LOIN DE LA FOULE DECHAINEE

Diffusion : samedi 19 février 1977 à 15h50 simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et David FROST et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et Pierre ALBALADEJO

Commentaires : la victoire de la France contre le Pays de Galles a déclenché outre-manche une véritable campagne de presse. Les Français sont présentés comme des brutes épaisses et comme des tricheurs. On parle de la horde sauvage. Tout Twickenham attend de pied ferme cette équipe de France d'autant que les Anglais ont gagné leurs deux premiers matchs (26-6 face à l'Ecosse et 4 à 0 face aux Irlandais à Dublin) et semblent avoir une équipe capable de jouer les premiers rôles après des années de disette.

Aussi quand les Français pénètrent dans le temple du rugby, c'est une véritable bronca qui s'élève des tribunes. Ils sont accueillis par des insultes, des menaces et des crachats. Pas une mêlée ne va ensuite se dérouler sans que la foule ne hurle. Sur chaque action, les Français vont être hués et sifflés. Quant à l'arbitre, dûment chapitré, il ne sanctionne que les fautes françaises. Sur le plan sportif, les deux équipes se quittent à la mi-temps sur un score nul de 0-0 malgré un engagement féroce de part et d'autre. Tout se débloque en 2ème mi-temps. Les Français marquent un essai à la 48ème par SANGALLI, essai peut-être attaché d'un en avant, que ROMEU ne transforme pas. Les Anglais répliquent par une pénalité de l'arrière HIGNELL à la 58éme. Commence alors pour l'arrière anglais un véritable calvaire : il rate toutes ses pénalités, bien placées, mal placées, à droite, à gauche, de loin, face au poteau. Rien ne passe comme si une malédiction s'acharnait sur lui. Au total il va manquer au moins 6 pénalités très faciles.

A la 80ème minute, le score est toujours de 4-3 pour la France. M; KELLEHER,l'arbitre gallois, prend une décision étrange. Il décide de ne plus regarder sa montre. Et il accorde pénalité sur pénalité aux Anglais. Ceux-ci, ayant compris que leur buteur ne passerait rien, tentent de passer en force. Emmenés par le légendaire Bill BEAUMONT, les UTLLEY, HORTON, BURTON s'en donnent à coeur joie et pilonnent la ligne française. Mais les Français défendent avec un acharnement inouï. Les minutes s'égrènent. Les Anglais ne cessent d'attaquer, mais leurs vagues se brisent sur la ligne française. L'arbitre ne veut toujours pas regarder sa montre. Comme des taureaux furieux, les Anglais se ruent à l'assaut. Les Français, dos à la ligne, résistent. 5 minutes d'arrêt de jeu. La foule anglaise de déchaîne. England! England! Les joueurs anglais continuent leurs attaques. En face, c'est Verdun. La défense française atteint le tragique, touche au sublime. Tout le monde s'y met : PACO étouffe SMITH, AVEROUS reprend HIGNELL qui filait à l'essai. BASTIAT sauve les meubles en bottant en touche. AGUIRRE s'offre en sacrifice sur une chandelle à un mètre de la ligne. 7 minutes d'arrêt de jeu. Après une dernière récupération de RIVES, l'arbitre regarde sa montre. Enfin. Il a compris que les Anglais ne passeront jamais. La rage au coeur, il siffle la fin du match. La France l'emporte 4-3. Sous les huées, les insultes et les crachats de Twickenham, les Français lèvent les bras au ciel.

Cette victoire, obtenue dans des conditions dantesques, va recevoir un pâle écho dans la presse sportive française. On fait la fine bouche devant cette magnifique victoire. Un journaliste se hasarde même à ce jeu de mots approximatif : " 4-3, mais pas de 3/4". On reproche aux Français de ne pas avoir d'attaque, oubliant que le seul essai marqué l'a été par les lignes arrières. Alors, contre l'Ecosse qui s'annonce à Paris comme prochain adversaire des Bleus, les arrières sont bien décidés à prendre leur revanche...

 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 07:54
L'ANCRE DE MISERICORDE

Téléfilm de 90 minutes

Diffusion : mercredi 9 février 1977 à 20H30 sur TF1

Adaptation de Francis LACASSIN et Bernard D'ABRIGEON

D'après le roman de Pierre MAC ORLAN

Réalisation de Bernard D'ABRIGEON

Musique d'Alan STIWELL

Distribution :

Pascal SELLIER (P'tit Morgat)

Paul LE PERSON (Le Père Morgat)

Myriam BOYER (Manon)

Jacques DENIS (Jean de la Sorgue)

Françoise BERTIN (Marianne)

Roger JACQUET (M. Burns, chirurgien de marine)

Stéphane PROUST (le mousse du Lys)

Daniel BERNARD (La Framboise) 

Pierre CALVEZ (le 2ème forçat)

Michel ORSINI (le 3ème forçat)

Jacques FORTUNAS (Kilvinec)

Mag AVRIL (Mme Lemeur)

Jean-Gabriel NORDMANN (Nicolas)

Yves ELLIOT (Poder)

Pierre RISCH (Dacé)

Georges ADET (M. De Pinville, le receveur des douanes)

Roger IBANEZ(Pillawer)

Gilbert ROIMARMIER (le brigadier)

Michel ANDERSON (La Pervenche)

Armand BABEl (Guénolé)

Pierre CHARRAS (le garde-côte)

Jean-Claude FAL (le grêlé)

Thème : A Brest, au XVIIIème siècle, Yves-Marie Morgat, dit P'tit Morgat, est un garçon de 13 ans que son père destine à l'école d'artillerie de Metz pour en faire un officier du roi. Mais le jeune garçon se lie d'amitié avec un forçat en liberté surveillée, Jean de la Sorgue, qui a été envoyé au bagne pour les crimes d'un autre, le Petit Radet. P'tit Morgat va accepter d'aider Jean de la Sorgue à trouver Petit Radet pour le confondre et prouver son innocence. 

Commentaires : ce beau livre d'image dont l'atmosphère rappelle celle des CONTREBANDIERS DE MOONFLEET de Fritz LANG, voire celle de l'ILE AU TRESOR, glisse lentement mais sûrement sur la pente du rêve. Tourné en Bretagne, notamment dans les petites criques de la côte, ce téléfilm est une invitation au voyage autant qu'une réflexion sur le remords et la culpabilité.

Il est à noter que la figure de proue du trois mâts reconstitué pour le tournage a été exposée au Musée de La Marine de Lorient.

Repost 0
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
13 février 2017 1 13 /02 /février /2017 07:51
FRANCE GALLES 77 : LA HORDE SAUVAGE

Diffusion : samedi 5 février 1977 à 14h50, simultanément sur TF1 avec des commentaires de Georges de CAUNES et Roy BISH et sur ANTENNE 2 avec des commentaires de Roger COUDERC et PIerre ALBALADEJO

Réalisation d'Henri CARRIER et Gérard VAN DER GUCHT

Commentaires : tout part de la 1ère minute du match. Les huits joueurs du pack français, PACO, PAPARAMBORDE, CHOLLEY, PALMIE, IMBERNON, RIVES, BASTIAT et SKRELA se ruent sur les Gallois comme des affamés. PACO avouera plus tard : " Je suis entré sur le terrain avec l'envie de tuer quelqu'un". Sur le formidable impact, les huit avants gallois reculent de dix mètres. Un mythe vient de naître : celui de la horde sauvage.  Quelques minutes plus tard, la 1ère mélée confirme l'impression. Les Gallois sont emportés, broyés, concassés. Eux qui dominent le Tournoi depuis 5 ans ont compris : en force brute, ils ne peuvent rien faire contre les Français. Alors ils vont tout tenter pour contourner cette puissance. Grâce à la magie de leurs lignes arrières emmenées par des joueurs au talent immense comme les DAVIES, FENWICK, cette charnière de rêve P. BENNETT et Gareth EDWARDS ou encore les frères WILLIAMS, JJ et JPR, respectivement arrière et ailier, ils vont attaquer de toute part, relancer tous les maigres ballons qui leur restent et ils vont faire passer des frissons aux spectateurs français. Certains journalistes sportifs vont comparer les Français à des camions et les Gallois à des Formule 1. Pendant une mi-temps les forces en présence s'équilibrent. Le score à la mi-temps est de 3-3 : une pénalité de ROMEU (39ème minute) ayant répondu à une pénalité de FENWICK (33ème). 

Tout bascule en 2ème mi-temps. A la 51ème minute, alors que les Gallois mènent au score grâce à une nouvelle pénalité de FENWICK, une première fois, les Français bousculent les Gallois en mêlée. La mêlée est à refaire et la 2ème fois est la bonne, le pack gallois est enfoncé et SKRELA est propulsé dans l'en-but par ses 7 camarades. Quatre minutes plus tard, ce sont cette fois les trois quarts français qui se mettent en exergue. Bien lancés par AGUIRRE, puis FOUROUX, ils se déploient jusqu'à HARIZE qui marque l'essai en coin. Après une nouvelle pénalité de FENWICK, une pénalité de ROMEU vient sceller défintivement le score en faveur des Français à la 80ème minute. 

La France l'emporte donc 16-9. C'est une victoire immense sur les Gallois, grands favoris du tournoi et auteurs d'un grand chelem en 1976. Pourtant, dès ce 1er match, les critiques ne manquent pas. Beaucoup déplorent la pauvreté du jeu d'attaque français. Les plus virulents sont les médias britanniques, qui se déchainent contre les Français. Ce n'est pas de bon augure, alors que se profile un fameux ANGLETERRE-FRANCE à Twickenham... 

Repost 0
Published by PO - dans SPORT
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 07:35
VGE AUX DOSSIERS DE L'ECRAN

Diffusion : mardi 1er février 1977, à 20h30, sur ANTENNE 2, en direct des salons de l'Elysée

Emission d'Armand JAMMOT

Réalisation de Jacques-Gérard CORNU

Présentation de Joseph PASTEUR, Alain JEROME, Guy DARBOIS et Jean-Pierre BERTRAND

Commentaires : le président de la République, Valéry GISCARD D'ESTAING, est l'invité unique des DOSSIERS DE L'ECRAN pour une émission spéciale intitulée " La France à l'Elysée" et qui, pour une fois, ne débute pas par la projection d'un film. Le Président de la République répond en direct aux questions des télspectateurs. Mais les questions ne passent pas par SVP. En réalité 70 téléspectateurs, 29 femmes et 31 femmes, ont été sélectionnés par la SOFRES à partir de leur âge, de leur profession, de leur implantation géographique et de leurs opinions politiques, et, réunis dans les salons de l'Elysée, ils vont poser leurs questions directement au Président. C'est donc une sorte de conférence de presse ouverte à "Monsieur tout le monde". Face à des téléspectateurs un peu paralysés par le trac et peu habitués aux caméras, VGE domine aisément l'exercice, montrant une fois de plus qu'il est un excellent professionnel de la communication et profitant de l'émission pour conforter son image dans l'opinion. 

Repost 0
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:26
BON DIMANCHE

Diffusion : tous les dimanche, sur ANTENNE 2, à partir du dimanche 30 janvier 1977

Emission de Jacques MARTIN

Avec la collaboration de Jacques CLEMENT

Réalisation de François CHATEL et Jacques BRIALY

Orchestre de Pierre PORTE

Rubriques :

- 12 heures : début et présentation de BON DIMANCHE par Jacques MARTIN ainsi que du jeu musical POM,POM,POM,POM ; 

- 12h12 TOUJOURS LE SOURIRE, émission de Michel LANCELOT, Jean-Paul LACROIX et Jacques PAUGAM, réalisée par Guy JOB,  consacrée aux humoristes; 

- 13h JOURNAL; 

- 13h25 LA LORGNETTE, qui reprend la formule du PETIT RAPPORTEUR mais avec une époque renouvelée où l'on retrouve Stéphane COLLARO, Pierre BONTE et le dessinateur PIEM auxquels s'ajoutent Alain SCOT, Gérard PABIOT, Michel SEVERAC et Daniel CAZAL; 

- 14h20, CES MESSIEURS NOUS DISENT, émission de jeu qui regroupe MONSIEUR CINEMA avec Pierre TCHERNIA, MONSIEUR THEATRE avec José ARTHUR et MONSIEUR CHANSON avec Jacques ROULAND; 

- 15h40, un dessin animé, TOM ET JERRY;

- 15h45, une série américaine. La saison débute avec le feuilleton PILOTES qui, à partir du 27 mars, cède la place à la série LES TETES BRULEES;

- 16h40, TROIS PETITS TOURS, série de jeux amusants préparés par François DIWO et Frédéric FILLION,  où apparaît une émission promise à un grand avenir : L'ECOLE DES FANS présentée par Jacques MARTIN et Stéphane COLLARO ;

- 17h20, CONTRE UT, réalisée par Gérard hERZOG, présentation de Pierre PETIT, émission consacrée à l'opéra, l'opérette et l'opéra comique;

- 18h25, série LES MUPPETS (THE MUPPET SHOW) de Jim HENSON avec notamment KERMIT la grenouille, Miss PIGGY la cochonne, l'ours FOZZIE, GONZO et sa trompette ou encore les deux petits vieux de la loge-balcon ;

- 19h00, STADE 2 présenté par Robert CHAPATTE et son équipe ;

- 20h00 LE JOURNAL;

- 20h30 MUSIQUE AND MUSIC, émission de variétés présentée par Jacques MARTIN et Stéphane COLLARO, préparée par Marie-France BRIERE. 

Commentaires : succédant à Guy LUX, Jacques MARTIN se voit confier la responsabilité des programmes du dimanche, de 12h à 21h30. La presse prétend qu'il a signé le contrat le plus fabuleux de toute l'histoire de la télévision française (aux alentours de 100 millions d'anciens francs par an).

Face à cette offensive, TF1 tente de résister en donnant plus de moyens à C'EST PAS SERIEUX de Catherine ANGLADE, qui est en concurrence frontale avec LA LORGNETTE, et en comptant sur Michel DRUCKER et son inusable LES RENDEZ-VOUS DU DIMANCHE. Les directs sportifs sont aussi privilégiés, sous la direction de Georges DE CAUNES, avec l'inévitable TIERCE dominical. 

BON DIMANCHE déçoit un peu. LA LORGNETTE, en l'absence de Pierre DESPROGES et Daniel PREVOST, ne retrouve pas le mordant du PETIT RAPPORTEUR. CES MESSIEURS NOUS DISENT semble interminable. Plusieurs succès cependant : la série LES TETES BRULEES, l'émission L'ECOLE DES FANS et surtout les marionnettes des MUPPETS que les téléspectateurs découvrent et qui font un tabac. 

 

 

Repost 0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:39
Olivier et Agathe

Olivier et Agathe

Série de 5 épisodes de 60 minutes

Diffusion : le vendredi à 20h30 sur ANTENNE 2, à partir du vendredi 28 janvier 1977

Série de Claude BARMA

Musique de Claude BOLLING

Distribution :

Pierre MICHAEL (Olivier, directeur de l'agence SEPIA)

Mireille AUDIBERT (Agathe, collaboratrice d'Olivier)

Titre des épisodes :

1- L'affaire Martine Desclos (28/01), scénario original de Claude BARMA et Claude BRULE, dialogues de Claude BRULE, avec Anna KARINA (Martine Desclos), Jean-Pierre DARRAS (Monsieur X), John FINCH (David), Michel BERTAY (Legrand), Virigine DARENE (Carole), William SABATIER (le rédacteur en chef), Michel BEAUNE (un journaliste), Pierre LONDICHE (un collaborateur), Alain MOTTET (un collaborateur), Guy MARLY (le motard), Jean HEBEY (le médecin), Michel PASQUET (un journaliste), Colette TEISSEIDRE la collaboratrice), Guy SAINT-JEAN (adjoint de X) et André HABER (adjoint de X); 

Thème : jeune styliste danoise, Martine vit avec David, reporter photographe. Elle vient de signer un accord commercial important pour un nouveau procédé d'impression. Olivier est chargé de protéger l'affaire...

2- Il ne manque que vous (0402), idée et scénario original de Ian STUART BLACK, adaptation et dialogues de Jacques ARMAND et Claude BARMA, réalisation de Claude BARMA, avec Pierre SANTINI (Shuman), Bob ASKLOFF (Robert), Myriam BOYER (Nicole), Jacques BURON (Norbert), Evelyne DRESS (Monique), Raymond JOURDAN (Gunther), Annie ROMAN (Dominique), Monique WITTA (Norah) et Pierre ZIMMER (Barbaren); 

Thème : l'ingénieur Shuman a percé les secrets du moteur linéaire, électrique et non polluant, mais des espions ont mis sur pied un plan audacieux pour s'en emparer. Ils engagent un comédien, lui modèlent le visage grâce à la chirurgie esthétique pour qu'il ressemble à Shuman et procèdent à la substitution pendant ses vacances au sport d'hiver. Pendant que le faux Shuman joue son rôle, les espions interrogent le vrai pour lui voler ses secrets. Mais Olivier et Agathe vont intervenir. 

3- Microcrocus Petroleum (11/02), scénario original de Michel LANCELOT, adaptation et dialogues de Jacques ARMAND et Claude BARMA, avec Alain SCOTT (Edwards), Bob ASKLOFF (Robert), Saddy REBBOT (Theo), Claude VERNIER (Krasen), Robert LOMBARD (sous-directeur), Gérard ISMAL (David), Véronique NORDEY (le concierge) et Ginette BARBIER (une femme); 

Thème : une usine qui travaille sur le pétrole synthétique est victime d'un attentat. Olivier mène son enquête et découvre qu'un certain Théo, un jeune chercheur de l'usine, poursuit des recherches en solitaire...

4- En verre et contre tout (18/02), idée et scénario original de Michel LANCELOT, adaptation et dialogues de Jacques ARMAND et Claude BARMA, avec Bob ASKLOFF (Robert), Claude BROSSET (Max), Paule EMMANUELLE (Anna Klaus), Paul GUERS (Rivet), Jean-Claude HOUDINIERE (Dartois), Joelle BERNARD (Suzanne), Cadine COSTAN (l'infirmière), Jacques MAREUIL (l'économe), Gisèle GRIMM (Colette), Maurice TRAVAIL (Maître Fortin), Michel DERAIN (le docteur), Annick FOUGERY (la libraire) et Monique LEJEUNE (Mme Rivet); 

Thème : Olivier est chargé de protéger les secrets de fabrication d'une société spécialisée dans la verrerie. Le chef de laboratoire de l'entreprise, M. Rivet, qui travaille sur une formule de verre incassable, est encore traumatisé par la mort accidentelle de sa femme. Il est très vulnérable. 

5- La victime choisie (25/02), idée et scénario original de Ian STUART BLACK, adaptation et dialogues de Jacques ARMAND et Claude BARMA, avec Alan SCOTT (Edwards), Bob ASKLOFF (Robert), Michel VITOLD (Fontenis), Eva SWANN (Brigitte la nurse), Yves LEFEBVRE (Jaeger), Jean VALMENCE (Ferrero), Rolande RODIER (Porter), Claude RICHARD (Favereau), Germaine LEDOYEN (Mme Raymondin), Jenny CLEVE (Mme Malou), Gérard BUHR (Arditti), Claude BAUTHEAC (Montourel), Marion LORSAN (Francine), Pierre REPECAUD (Jérôme), Laurent de BONA (Christian) et Nicole DESLAURIERS (Sophie), 

Thème : pour le transport de fonds, une société a mis au point un camion insensible au feu et aux explosifs. Olivier est chargé de surveiller les personnes qui s'occupent de la fabrication de cette merveille technologique et, en particulier, les trois ingénieurs qui en sont les inventeurs. L'un deux, Fontenis, qui est veuf, a engagé une nouvelle nurse pour s'occuper de son jeune fils...

Commentaires : cette série assez originale, qui devait d'abord s'intituler " les nouveaux Vampires", est consacrée à l'espionnage industriel. Elle met en scène une sorte de détective assisté de sa jolie collaboratrice. Les intrigues souvent complexes, sont inégales selon les épisodes. Certains critiques y ont vu une adptation française de MISSION IMPOSSIBLE tant on y use et abuse des gadgets électroniques.  On est plus proche  en réalité de DEPARTEMENT S, voire du film d'espionnage IPCRESS : DANGER IMMEDIAT (1965) avec Michael CAINE. Il est vrai que certains épisodes sont cosignés par Ian STUART BLACK (L'HOMME INVISIBLE, DESTINATION DANGER, LE SAINT, DR WHO, LES CHAMPIONS...). Mais on se rapproche parfois aussi d'AUX FRONTIERES DU POSSIBLE. 

Il est à noter que les 5 épisodes sont disponibles sur le site de l'INA (www.ina.fr). 

Repost 0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 07:07
LA FOIRE

Dramatique de 3 épisodes de 85 minutes

Diffusion : le mercredi sur TF1 à 20h30, à partir du mercredi 19 janvier 1977

Adaptation, dialogues et réalisation de Pierre VIALLET, d'après son roman

Musique de Roland VINCENT

Distribution :

Curd JURGENS (Alexis, le grand-père)

Etienne BIERRY (docteur Bini)

Juliette FABER (Thomi, la grand-mère)

André FALCON (l'évêque)

Paul GUERS (le père de Pierre)

Marie VERSINI (la mère de Pierre, fille d'Alexis)

Odette LAURENT (Anna)

Laurent MALET (Pierre)

Philippe ROULEAU (l'oncle Grigri, fils d'Alexis)

Yan BRIAN (Nicolas)

Tun DEUTSCH (Guillaume)

Pierre BOJIC (un cousin)

Gérard LOUSSINE (un cousin)

Pierre BERTIN (l'arrière-grand-père)

Martine CHEVALIER (Poupchen)

Pierre CHABANNES (Pierre enfant)

Hubert DESCHAMPS (le notaire)

Marielle GRONIER (Zoé)

Martine LEGRAND (Minou)

Philippe BRIGAND (M. Kohl)

et

Jean LUISI

Caroline MARIE

Jacques BLOT

Thème : Pierre a 5 ans. ll vit avec ses grands-parents au Luxembourg, tandis que ses parents habitent Paris. Alexis, son grand-père, est un riche industriel qui aime se distraire et dépenser son argent. Il a notamment fait construire une villa sur l'île de Houat en Bretagne où il reçoit toutes ses maîtresses. L'arrière-grand-père, malgré son âge très avancé, est aussi amateur de jolies femmes, tout comme l'oncle Grigri. Les années passent, et l'on retrouve Pierre à 15 ans. Il séjourne l'été au Luxembourg où il retrouve ses 2 cousins qu'il déteste. L'arrière-grand-père met enceinte la femme de chambre. Alexis doit désigner un mari. C'est le jardinier qui doit épouser la femme de chambre mais, le jour du mariage, il se tue en tombant d'un arbre. Une nouvelle femme de chambre est engagée et se retrouve aussi enceinte. On ignore si le coupable est l'arrière-grand-père ou l'oncle GriGri, lui-aussi coureur de jupons. De son côté, Pierre a d'abord une aventure avec la jeune chanteuse Poupchen, maîtresse de l'oncle Grigri. Eloigné chez M. Kohl, sous prétexte de vacances, il rencontre 2 jeunes filles, Zoé et Minou, qui ne lui refusent rien. Mais les deux jeunes filles tombent enceinte en même temps. Pierre pense alors à ses cousins...

Commentaires : Pierre VIALLET s'est inspiré de ses propres souvenirs pour évoquer cette richissime famille luxembourgeoise très portée sur les choses du sexe, et vivant de fêtes et de champagne. Il propose une comédie un peu extravagante et parfois assez artificielle. On retrouve avec surprise Curd JURGENS, plutôt habitué aux films historiques ou d'aventure (MICHEL STROGOFF, KATIA, LE JOUR LE PLUS LONG, PAS DE ROSES POUR OSS 117, LA BATAILLE D'ANGLETERRE, L'ESPION QUI M'AIMAIT...), dans le rôle d'Alexis, un grand-père pour le moins atypique. Très à son avantage, l'acteur démontre toute l'étendue de ses talents de comédien.

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 07:16
LA FAMILLE CIGALE

Feuilleton de 6 épisodes de 60 minutes

Diffusion : tous les jeudis, à 20h30, sur TF1, à partir du jeudi 6 janvier 1977

Scénario et dialogues de Gérard SIRE

Réalisation de Jean PIGNOL

Musique de Jean-Pierre MAS

Distribution :

Jean MARTINELLI (Sévère, l'arrière-grand-père)

Evelyne KER (Jasmine, soeur de Serge)

René CLERMONT (Fabien, le grand-père)

Marie DEA (Lucette, l'épouse de Fabien)

Michel LE ROYER (Serge, le fils de la famille)

Carole BOUQUET (Béatrice dote Béa, la fille de Serge et Clio)

Claudine COSTER (Clio, la compagne de Serge)

Frank DAVID (Jean-Christophe, le fils de Serge et Clio)

Marcel DALIO (Rafaelo)

Laurence BADIE (Fernande)

Favre BERTIN (le directeur)

Robert MANUEL (le producteur)

Jacques ANDRIOT (Machetou)

René HAVARD (Mesmin)

Bernard LAJARRIGE (Marvejol)

Denis SAVIGNAT (Paul)

Yves VINCENT (Philippe Varin, marchand de tableaux)

Bernard CHARLAN (un commerçant des Puces)

Brigitte DEFRANCE (la camarade de Béa)

Frédéric GIRARD (Ludovic)

Thème : les aventures des Damien-Lacour, une famille de comédiens passionnées par leur métier. Ils vivent tous sous le même toit et partagent les joies comme les échecs de la vie d'acteur. Le plus beau fleuron de la famille est Sévère, l'arrière-grand-père, qui a joué avec Sarah Bernhardt. La plus jeune, Béa, a cependant choisi de rompre avec la tradition familiale de saltimbanques et poursuit des études de droit. 

Commentaires : Gérard SIRE s'est beaucoup amusé à décrire cette famille de comédiens farfelus. La distribution réunit des acteurs chevronnés comme Jean MARTINELLI et Marcel DALIO mais aussi des comédiens débutants comme notamment Carole BOUQUET, dans le rôle de Béa, qui va très vite attirer l'attention des téléspectateurs. 

Le feuilleton est disponible sur le site de l'INA (www.ina.fr). 

Repost 0

VOS MADELEINES DE PROUST

     

TELE 75 – LE LIVRE

Retrouvez les feuilletons et émissions de la télévision française de l’année 1975.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Découvrez ou redécouvrez : APOSTROPHES, JO GAILLARD, SAMEDI EST A VOUS, LE PETIT RAPPORTEUR, L'HOMME SANS VISAGE, THALASSA, SALVATOR ET LES MOHICANS DE PARIS, LES COMPAGNONS D'ELEUSIS, SPLENDEURS ET MISERES DES COURTISANES,STADE2, MICHEL STROGOFF, et d'autres émissions et séries.

Les émissions et feuilletons retenus sont classés par mois, de janvier à décembre.

En exclusivité, des BREVES pour chaque mois.

Couverture souple – 192 pages - Prix : 12 euros

Disponible sur LULU.COM. (taper " Ouardes" dans rechercher). Lien https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=tele+75&sorter=relevance-desc

L'ouvrage peut être également commandé sur le site AMAZON.(taper "ouardes" dans recherche). https://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=ouardes+tele+75&rh=i%3Aaps%2Ck%3Aouardes+tele+75

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1974.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1973

Celui consacré à l'année 1972 :

Celui consacré à l'année 1971 :

TELE71.jpg

 

et celui consacré à l'année 1970 :

 320

 

 

Rechercher

AVERTISSEMENT

Le blog TELE 70 est consacré à la télévision française des années 70. Il ne propose à la vente aucun DVD de séries ou d'émissions. Il est totalement indépendant et n'est lié à aucun site à caractère commercial.