5 décembre 2016 1 05 /12 /décembre /2016 07:17
LE GOUFFRE, OU SEPT JOURS SOUS LA PIERRE SAINT-MARTIN

Documentaire de 60 minutes

Diffusion : mardi 7 décembre 1976 à 20h30 sur TF1

Emission de Henri MARQUE et Christian BERNADAC

Reportage de Christian BRINCOURT et Jean-Claude ODIN

Présentation de Julien BESANCON

Commentaires : ce documentaire exceptionnel, qui renoue avec la tradition des grands reportages à la télévision,  est consacré à l'exploration du gouffre de la Pierre SAINT-MARTIN, puits vertical de 346 mètres, soit le plus grand puits vertical du monde. Profitant de la création d'une brigade de gendarmes spéléologues, une équipe de télévision composée de 4 journalistes de TF1 a pu descendre au fond du gouffre et ramener de somptueuses images en couleur de ce monde froid et inhumain. Un voyage dans les profondeurs de la Terre que n'aurait pas renié Jules VERNE et qui donne à la télévision de cette époque un petit côté " steampunk". 

Il est à noter que Christian BRINCOURT et Jean-Claude ODIN avaient déjà conduit la caméra de TF1 dans l'Himalaya pour y réaliser un documentaire sur l'ascension de la NANDA DEVI. 

21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 07:51
LA PECHE MIRACULEUSE

Feuilleton de 6 épisodes de 50 minutes

Diffusion : tous les jeudis à 20h30 sur TF1, à partir du jeudi 11 novembre 1976

D'après l'oeuvre de Guy de POURTALES

Adaptation et dialogues de Jean HERMAN

Réalisation de Pierre MATTEUZI

Musique de Pierre CAVALLI

Distribution:

Jean-François GARREAUD (Paul de Villars)

Pierre PASQUINI (Paul enfant)

CAPUCINE (Mlle de Colombier)

Edith GARNIER (Louise de Landrizon)

Charles APOTHELOZ (Léopold de Villars)

ARMONTEL (le docteur Nadal)

Neije DOLSKY (Ellen Smith)

André FALCON (Victor Galland)

Daniel FILLON (Ferdinand de Villars)

Camille fOURNIER (Mme Nadal)

Philippe LEMAIRE (Armand de Villars)

Claude VALERIE (Berthe Galland)

Ingeborg SCHONER (Lotte Muller)

Gérard GARRAT (M. Bardin)

Patrick LAPP (Robert Perrin )

Thème : on suit 50 ans de la vie d'un homme qui appartient à une grande famille de Genève, les Villars, et le long cheminement de son amour pour une femme dont il sera toujours séparé par les préjugés sociaux. 

Commentaires : à cette chronique romantique inspirée du romancier suisse Guy de POURTALIS (1881-1941), il ne manque ni les belles toilettes, ni les voitures de collection, ni les somptueuses demeures. Mais les émois de ce fils de riche, un peu trop rêveur et sans beaucoup de caractère, peuvent finir par lasser de même que tout le feuilleton qui sombre souvent dans l'académisme. 

14 novembre 2016 1 14 /11 /novembre /2016 07:22
LA MORT D'UN GEANT : JEAN GABIN

Jean Alexis MONCORGE, dit Jean GABIN,  s'est éteint ce 15 novembre 1976, à l'âge de 72 ans. Véritable poulbot parisien, il était né à Barbès, d'un couple d'artistes. Sa mère était chanteuse de café concert et son père chanteur d'opérette sous le pseudonyme de GABIN. 

Véritable légende du cinéma français, il avait débuté dans CHACUN SA CHANCE (1930) jusqu'à son 94ème et dernier film, L'ANNEE SAINTE (1976), où il retrouvait Danièle DARRIEUX.

Parmi ses plus grands films, on peut citer : LA BANDERA (1935) de Julien DUVIVIER, LA BELLE EPOQUE (1936) de Jean DUVIVIER où il interprète la chanson "quand on se promène au bord de l'eau", PEPE LE MOKO (1937) de Jean DUVIVIER, LA GRANDE ILLUSION (1937) de Jean RENOIR avec Pierre FRESNAY, GUEULE d'AMOUR (1937) de Jean GREMILLION, LE QUAI DES BRUMES (1938) de Marcel CARNE avec MIchèle MORGAN, LA BETE HUMAINE(1938) de Jean RENOIR, LE JOUR SE LEVE (1939) de Marcel CARNE, REMORQUES (1941) de Jean GREMILLON, LA VERITE SUR BEBE DONGE (1952) de Henri DECOIN, LE PLAISIR (1952) de Max OPHULS, TOUCHEZ PAS AU GRISBI (1954) de Jacques BECKER avec Lino VENTURA, NAPOLEON (1955) de Sacha GUITRY, FRENCH CANCAN (1955) de Jean RENOIR, GAS-OIL (1955) de Gilles GRANGIER, LA TRAVERSEE DE PARIS (1956) de Claude AUTANT-LARA avec BOURVIL, LES MISERABLES (1958) de Jean-Paul LE CHANOIS, EN CAS DE MALHEUR (1958) de Claude AUTANT-LARA avec Brigitte BARDOT, LE PRESIDENT (1961) d'Henri VERNEUIL, LE CAVE SE REBIFFE (1961) de Gilles GRANGIER, UN SINGE EN HIVER (1962) d'Henri VERNEUIL avec Jean-Paul BELMONDO, MELODIE EN SOUS-SOL (1963) avec Alain DELON, L'AGE INGRAT (1964) avec FERNANDEL, LE TATOUE (1969) de Denys de la PATELLIERE avec Louis de FUNES, LE CLAN DES SICILIENS (1969) d'Henri VERNEUIL avec Alain DELON et Lino VENTURA, LE CHAT (1971) de Pierre GRANIER-DEFERRE avec Simone SIGNORET, L'AFFAIRE DOMINICI (1973) de Claude BERNARD-AUBERT, DEUX HOMMES DANS LA VILLE (1973) de José GIOVANNI et VERDICT (1974) d'André CAYATTE. 

Mais celui qui se disait volontiers agriculteur-éleveur, ne tournait plus guère depuis 10 ans, sauf lorsqu'il avait besoin d'argent pour acheter des vaches et des poulinières. 

A la télévision, ces apparitions ont été plutôt rares, l'homme n'aimant guère les interviews, sauf peut-être avec François CHALAIS qu'il appréciait. Mais on se souvient de sa présidence de la 1ère cérémonie des Césars ou dans les émissions de Pierre TCHERNIA, MONSIUR CINEMA. Il a donné sa dernière interview à Frédéric ROSSIF quelques mois avant sa mort.

On se souvient aussi de sa chanson nostalgique et poignante " Maintenant, je sais " (1974) écrite par Jean-Loup DABADIE. 

A l'initiative de Pierre TCHERNIA, une soirée hommage lui est rendue le jeudi 9 décembre 1976 à 20h30 sur ANTENNE 2 avec une évocation  de 30 minutes et la projection du film LE JOUR SE LEVE (1939) de Marcel CARNE.

Jean Gabin
toujours le même toujours pareil
toujours Jean Gabin
toujours quelqu'un

Jacques PREVERT

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 07:56
LE GENTLEMAN DES ANTIPODES

 

Téléfilm de 110 minutes

Première diffusion : jeudi 4 novembre 1976 à 20h30 sur Antenne 2

Réalisation de Boramy TIOULONG

Adaptation de Christiane LAMORLETTE, d’après le roman de Pierre VERY

Distribution :

Gilles SEGAL (Lepicq, le hibou)

Marc FAYOLLE (Jugonde)

Paul LE PERSON (le bossu)

Armand MESTRAL (Fronsac)

Raymond GEROME (Vigerie, l’aigle)

Rosy VARTE (Mme vigerie)

Jean SANDRAY (Choucard, le singe)

Jean MARTIN (Sainte-Rose, le poisson)

Francis LAX (Abadie, le chien)

Jean-¨Paul ZEHNACKER (Billig, le loup)

Jean OBE (Laranière, l’insecte)

Nita KLEIN (la souris)

Ginette GARCIN (la belette)

Hélène CALZARELLI (Colette)

Franck DAVID (Aurouet, l’ange)

Jean LAROQUETTE (Paturaud)

Et

François CAMARD

Philippe DESBOEUFS

Jean-Pierre RAMBAL

Andrée CHAMPEAUX

Fany EUSSELIER

Danielle MEYRIEUX

Thème : des assassinats sont perpétrés au jardin des plantes de Paris. Certaines personnes qui ressemblent de façon frappante à des animaux en sont-ils les auteurs ? Profitant de ce qu’il ressemble lui-même à un hibou, Me Lepicq va tenter d’infiltrer la bande…

Commentaires : s’inspirant de Pierre VERY à qui l’on doit ces petits bijoux que sont L’ASSASSINAT DU PERE NOEL, GOUPI MAINS ROUGES ou encore LES DISPARUS DE SAINT-AGIL, ce téléfilm fantastique est une belle réussite grâce notamment aux beaux maquillages des acteurs, par ailleurs tous remarquables dans leurs compositions mi-humaines, mi-animales.

A notre connaissance, le téléfilm n’est pas disponible en VHS ou DVD.

Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
3 novembre 2016 4 03 /11 /novembre /2016 20:30
CELUI QUI NE TE RESSEMBLE PAS

 

Téléfilm de 95 minutes

Première diffusion : mercredi 3 novembre 1976 à 20h30 sur TF1

Réalisation de Georges REGNIER

Musique de Pierre ALRAND ; musique gitane de Tony WEISS et LES MANOUCHES

Distribution :

Jean-Pierre SENTIER (Simon)

Tony GATLIF (Jes)

Guy TREJAN (l’inspecteur Charvin)

Elizabeth KAZA (Tia)

Agnès GATTEGNO (Maria)

Renée DENNSY ( La Nine)

Henri LABUSSIERE (le maire)

Joseph PATRAC (le roi des gitans)

Sylvain LEVIGNAC (le contremaître)

Yvon SARRAY (le fermier)

Jean-Claude CHARNAY (le médecin)

Claude FURLAN (le mécano)

Claude GRUBER (le préfet)

Billy CALLAWAY (Fernand)

Thème : l’amitié d’un prêtre avec un jeune gitan qui est recherché par les gendarmes. Le prêtre va tout faire pour le sauver, mais peut-on échapper à son destin ?

Commentaires : on ne sera pas surpris de retrouver Tony GATLIF, alors peu connu, dans cette évocation sensible du monde des gitans. Agé de 28 ans, Tony GATLIF annonçait dans le TELE 7 JOURS du 30 octobre 1976 qu’il voulait être réalisateur et précisait : «  Dans les films que je ferai, tous les comédiens seront mes amis. Car je ne peux travailler qu’avec des amis. » Il ajoutait également que toute sa vie il avait été marqué par l’injustice et la violence à l’égard des gitans, ces fils du vent.

Le téléfilm a le mérite de ne pas tomber dans les poncifs ni les prêches moralisateurs mais soulève des questions encore d’actualité. L’interprétation est de grande qualité, dominée par Tony GATLIF et Jean-Pierre SENTIER, dans les rôles du gitan et du prêtre. Il est à noter que Joseph PATRAC, «  le roi des gitans », interprétait son propre rôle.

A notre connaissance le téléfilm qui avait eu la chance (sic) d'être programmé en même temps que le match de football opposant SAINT-ETIENNE à ENDHOVEN, n’est pas disponible en VHS ou DVD.

Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 07:51
LE COEUR AU VENTRE

 

Feuilleton de 6 épisodes de 60 minutes

Première diffusion : tous les vendredi à 20h30 sur ANTENNE 2, à partir du vendredi 29 octobre 1976

Réalisation de Robert MAZOYER

Scénario, adaptation et dialogues de Jean-Pierre PETROLACCI

Musique de Jacques LOUSSIER

Cascades réglées âr Pierre ROSSO et son équipe

avec la participation de Robert CHAPATTE et Thierry ROLAND

Distribution :

Sylvain JOUBERT (Roger Konacker)

Guy MARCHAND (Nino Ceretti)

François LECCIA (Philippe Morand)

Sylvie FENNEC (Catherine Morand)

Robert DALBAN (Moroni)

Sophie AGACINSKI (Eliane Ceretti)

Virgine BOULZE (Lucie Ceretti)

Karin PERTERSEN (Marie-Claude)

Bernard CAPEL (Baldi)

Gérard CROCE (Cottard)

Anne JOUSSET (Jackie)

Henri LAMBERT (Carlin)

Gérard DENIZOT (le masseur aveugle)

Michel CHARREL (Max Travers)

Jo TAFANELLY (le speaker de la salle Wahral)

Lionel GAUDIN (le boxeur Kowacks)

René MORAR (le patron du bar)

et 

Cisse KARAMOKO

le nain ROBERTO

Thème : un ancien boxeur, Nino Ceretti, fait la connaissance de deux jeunes Provinciaux montés à paris faire de la boxe, Roger Konacker et Philippe Morand. Leur amitié est précieuse à Nino qui connaît des déboires conjugaux et des difficultés professionnelles. Peu à peu il reprend confiance et se remet à gagner des combats. Parallèlement une idylle s'ébauche entre Roger et Catherine, la soeur de Philippe. 

Commentaires : l’originalité de ce feuilleton est de s’intéresser au milieu de la boxe, peu traité à la télévision française. C'est est aussi l’occasion de découvrir divers quartiers pittoresques du Paris d’alors. Mais c’est d’abord et avant tout une belle histoire d’amitié entre trois hommes. L’interprétation est sans faille, dominée par Sylvain JOUBERT, François LECCIA et Guy MARCHAND. Il est à noter que les scènes de combat ont été tournés à la salle Wagram devant près de deux mille spectateurs.

Le feuilleton est disponible sur le site de l'INA (www.ina.fr).

 

 

 
27 octobre 2016 4 27 /10 /octobre /2016 06:59
LA MERE DENIS, ICONE DE LA TELEVISION

Parmi les mythologies télévisuelles des années 70, il y a incontestablement LA MERE DENIS. C'était évidemment un pari de faire une publicité pour une machine à laver avec une lavandière de 80 ans, plutôt qu'avec une jolie jeune fille. Mais cela participait d'un retour vers des valeurs plus authentiques, une sorte  retour à la terre.

LA MERE DENIS et son célèbre slogan, " Ah C'est ben vrai çà" va bien vite être connue de tous les téléspectateurs et même être le sujet d'un sketch de COLUCHE et des caricatures de CABU.

Elle apparaît ainsi dans près de 8 films publicitaires jusqu'en 1980, devenant un visage familier pour la plupart des Français.

Jeanne Marie LE CALVE, épouse DENIS, accueille toute cette notoriété avec beaucoup de recul et de philosophie. La philosophie des gens simples. L'argent qu'elle gagne sous forme d'une petite rente viagère lui permet d'améliorer sa maigre pension de retraite et, dit-elle, de s'assurer une sépulture décente. Elle reçoit également en cadeau une gazinière de l'agence de publicité mais, comme elle préfère son petit réchaud, la belle gazinière fait office de desserte. Quant à son linge, pas de machine à laver pour notre vedette, qui continue à le laver à la main dans la Gerfeurs. A plus de 80 ans elle se rend presque quotidiennement au bord de la rivière, avec sa blouse, son battoir et sa caisse à laver et elle trempe ses mains ridées dans l'eau froide. De l'authentique, on vous dit.

En cette année 1976, suite à la parution d'un livre sur sa vie dû à la plume de Serge GRAFTEAUX, elle participe à l'émission APOSTROPHES de Bernard PIVOT, et PARIS MATCH en fait la personnalité de l'année. Pour se rendre à Paris par le turbotrain, elle hésite à s'acheter un manteau, pour la dépense, et parce qu'elle craint de ne pas avoir le temps de l'user.

Dans la pièce principale de sa maison, est accroché la photo du Président de la République, VGE, à côtés de celle de Brigitte BARDOT. Deux autres icônes de l'époque. 

 

 

 

24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 06:23
LE COLLECTIONNEUR DE CERVEAUX

Téléfilm de 100 minutes

Première diffusion : samedi 23 octobre 1976 à 20h30 sur Antenne 2

Réalisation de Michel SUBIELA

Adaptation de Michel SUBIELA, d’après la nouvelle de George LANGELAAN «  Robots Pensants » tiré de son recueil NOUVELLES DE L’ANTIMONDE

Distribution :

Claude JADE (Penny Vanderwood)

François DUNOYER (Lewis Armeight)

André REYBAZ (le comte de Saint-Germain)

Roger CROUZET (Vladieu)

Thierry MURZEAU (Diego)

Gisèle CASADESUS (Mme Vanderwood)

Raoul GUILLET (le président)

Jean-Pierre GRANET (Roger Tournon)

Jean-Pierre HERCE (le joueur d’échecs)

Jean-Claude SACHOT (le garçon de café)

Jean-François DEREC (un jeune homme)

Jacques ROCCHESANI (le gendarme)

Yves MARC (un automate)

Claude HEGGEN (un automate)

Avec la participation de la Fédération française des échecs

Thème : une jeune femme qui vient de perdre son fiancé fait la connaissance du mystérieux comte de Saint-Germain, créateur d’automates. Dans l’un de ces derniers, qui est un joueur d’échecs, elle croit reconnaître son fiancé récemment disparu. Elle décide de mener l’enquête…

Commentaires : ce téléfilm est une nouvelle réussite de Michel SUBIELA. L’action est bien menée et l’interprétation de qualité, avec une Claude JADE toujours aussi à l’aise dans le domaine de l’horreur et du fantastique et un André REYBAZ très inquiétant dans le rôle du comte de Saint-Germain.

Il est à noter que l’auteur de la nouvelle, décédé en 1972 à l’âge de soixante-quatre ans, était un Anglais qui vivait à Paris. Pendant la seconde guerre mondiale, il était un des agents de l’Intelligence Service et pour tromper les Allemands il avait dû entièrement se faire remodeler son visage.

Le téléfilm est disponible sur le site de l’INA (www.ina.fr).

retrouver ce média sur www.ina.fr
Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 06:15
TO BIX OR NOT TO BIX

Emission de Jean-Christophe AVERTY

Diffusion : jeudi 21 octobre 1976, à 20h30, sur ANTENNE 2

Scénario et dialogues de Claude VEILLOT

Distribution :

Patrick ARTERO (Léon BIX Beiderbecke)

France DOUGNAC (Lucky Fortunia)

James SPARROW (Bing Crosby, chanteur)

Pierre ATLAN (Mezz Mezzrow, clarinettiste)

Claude LUTER (Jimmy Hartwell, clarinettiste)

IRAKLI (Emmet Ardy)

Gérard BADINI (Frankie Trumbauer, saxophoniste)

Claude BOLLING (Dick Voynow, pianiste)

Bernard CARA (Gennet, éditeur de disques)

Roger TRAPP (Paul Whitemn, chef d'orchestre)

Germaine DELBAT (Miss Holbrock, gouvernante et pianiste)

Christin MORIN (Pee Wee Russell, clarinettiste)

Yannick SINGERY (Hoagy Carmichael, pianiste et cmpositeur)

Thème : à la mort du compositeur, pianiste et trompettiste blanc amériain BIX, mort d'une pneumonie à l'âge de 28 ans, ses amis organisent une réunion chez la gouvernante de BIX, Miss Holbrock. Ils parlent du disparu et jouent divers morceaux de sa composition.

Commentaires : pour cette biographie rêvée de BIX, précurseur du Jazz " cool ", Jean-Christophe AVERTY fait appel à de grands noms du jazz français et à des acteurs confirmés. L'ensemble est plutôt sympathique et ne peut que ravir les amateurs de jazz. 

L'émission est disponible sur le site de l'ina (www.ina.fr). A vos cassettes!

 

Son coeur était dans sa trompette.

10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 06:27
LES INFIDELES

Téléfilm de 105 minutes

Diffusion : le mercredi 13 octobre 1976, à 20h30, sur TF1

D'après l'oeuvre de Marcel MITHOIS

Réalisation d'Alan DHENAUT

Extraits musicaux d'opérettes sous la direction de Pierre DEVEVEY : LA GRANDE DUCHESSE DE GEROLSTEIN, SAMSON ET DALILA, VERONIQUE et LES CLOCHES DE CORNEVILLE

Distribution :

Danièle LEBRUN (Diane)

Pierre MICHAEL (Eric)

Hélène DUC (Emilienne)

Marie-Claude MESTRAL (Sophie)

Marion GAME (Suzy)

Tony MARSHALL (la petite)

Thème : à la suite d'une déception sentimentale, une jeune bourgeoise décide de quitter son milieu et de travailler comme femme de chambre. Engagée par un couple composé d'un chanteuse d'opérette et d'un comédien, qui ne cessent de se quereller, elle va tenter d'arranger la situation. Mais rien ne va se passer comme prévu...

Commentaires : cette plaisante comédie de boulevard a pour principal attrait de comporter de nombreux extraits d'opérettes. L'entrain des jeunes comédiennes compose une intrigue aux rebondissemnts parfois peu vraisemblables. Mais le charme lumineux de Danièle LEBRUN sauve tout. 

Published by PO - dans TELEFILMS
commenter cet article

VOS MADELEINES DE PROUST

     

TELE 74 – LE LIVRE

Retrouvez les feuilletons et émissions de la télévision française de l’année 1974.

Découvrez ou redécouvrez : LE SECRET DES FLAMANDS, MESSIEURS LES JURES, LE SOLEIL SE LEVE A L'EST, LE VAGABOND, KUNG FU, NANS LE BERGER, L'ILE AUX ENFANTS, ARDECHOIS COEUR FIDELE, LA CLOCHE TIBETAINE, CHERI BIBI et bien d'autres émissions et séries.

Les émissions et feuilletons retenus sont classés par mois, de janvier à décembre.

En exclusivité, des BREVES pour chaque mois.

Couverture souple – 202 pages - Prix : 12 euros

Disponible sur LULU.COM. (taper " Ouardes" dans rechercher). Lien https://www.lulu.com/shop/search.ep?keyWords=tele+74&type=

L'ouvrage peut être également commandé sur le site AMAZON.(taper "ouardes" dans recherche). http://www.amazon.fr/s/ref=nb_sb_noss?__mk_fr_FR=ÅMÅŽÕÑ&url=search-alias%3Daps&field-keywords=ouardes+tele+74&rh=i%3Aaps%2Ck%3Aouardes+tele+74

Toujours disponible sur AMAZON et LULU.COM l'ouvrage consacré à l'année 1973

Celui consacré à l'année 1972 :

Celui consacré à l'année 1971 :

TELE71.jpg

 

et celui consacré à l'année 1970 :

 320

 

 

Rechercher

AVERTISSEMENT

Le blog TELE 70 est consacré à la télévision française des années 70. Il ne propose à la vente aucun DVD de séries ou d'émissions. Il est totalement indépendant et n'est lié à aucun site à caractère commercial.